Accusation des provocations: le ministre MAIGA recadre PARLY

Sur la télévision nationale, ce mercredi 26 janvier 2022, le ministre en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye MAIGA, a profité de son passage au journal télévisé de la chaine nationale pour tenter de recadrer la ministre de l’Armée française, Mme Florence PARLY suite à son accusation contre les autorités de la Transition. En réaction, le ministre Abdoulaye MAIGA rappelle à la ministre française de la grandeur du silence.

 

Lisez sa  riposte

Monsieur le ministre, exceptionnellement nous allons commenter à chaud, un communiqué du Gouvernement. Dites-nous Monsieur le ministre, après la lecture de ce communiqué que faut-il faire pour clore cet incident diplomatique si je peux le dire ainsi ?

Je pense que nous ne sommes pas encore au stade de l’incident diplomatique. C’est peut-être des incompréhensions entre le Gouvernement du Mali et du Royaume de Danemark. Suite à la diffusion du communiqué n° 014 du Gouvernement de la Transition le 24 janvier 2022, demandant aux danois de retirer leurs forces spéciales de notre territoire, cela a suscité une vive polémique.

C’est suite à cela que nos plus Hautes autorités nous ont donné des instructions pour donner la vraie information à nos compatriotes (l’opinion nationale et internationale).

Pour ce faire, mes propos s’articuleront autour de quatre points : c’est d’abord le fonctionnement qui sous-tend le déploiement des forces étrangères dans le cadre de TAKUBA, les faits, des incompréhensions et des messages importants à l’endroit du Royaume de Danemark, de nos compatriotes et d’autres acteurs.

Il est important de rappeler, concernant le fonctionnement qui sous-tend le déploiement des forces étrangères dans le cadre de Takuba ; la mission de Takuba d’appui la force Barkhane, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et de la criminalité transnationale organisée.

Pour les autorités maliennes, il y a deux conditions successives et cumulatives qui doivent être respectées par tous les partenaires.

La première condition, d’abord les partenaires doivent être invités accompagner le Mali dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La seconde condition, c’est l’obtention de l’agrément et de l’autorisation des autorités maliennes (accord sur le statut de force à travers des échanges de l’être). Sur les faits, je pense qu’il est important de retenir les trois grandes dates de manière chronologique (27 novembre 2019, le 29 juin 2021et le 16 novembre 2021).

Effectivement le 27 novembre 2019, le Président de la publique, à l’époque, a adressé une invitation aux autorités danoises. Dans la même lettre, il est clairement mentionné que les autorités danoises doivent satisfaire aux conditions d’obtention d’agrément et d’autorisation inattendue des autorités malienne.

Le 29 juin 2021, c’est-à-dire, soit 580 jours après la lettre d’invitation de la partie malienne plus d’un an, le Royaume du Danemark a, par une note verbale, a informé la partie malienne de son acceptation à appuyer la force barkhane dans le cadre de «Takuba ».

Enfin, le 16 novembre 2021, de manière un peu plus rapide, cent quarante jours (140) après, moins de cinq mois, le Gouvernement du Mali, par note verbale du ministère des affaires étrangères de la coopération internationale, a informé les autorités danoises que la suite qui sera réservée à leur demande, leur sera communiquée dès que possible. Voilà un peu les faits de manière très claire.

Concernant les incompréhensions, dans le communiqué n° 014 du 24 janvier 2022, le Gouvernement de la Transition a mentionné expressément cette note verbale du 16 novembre 2021, qui demande aux autorités danoises d’attendre la réponse officielle des autorités maliennes. Nous indiquons très clairement que les conditions d’obtention de l’autorisation et de l’agrément ne sont pas réunies. Par conséquent, la décision a été prise de leur demander incessamment et immédiatement de retirer leurs forces étrangères de notre territoire.

C’est là que nous avons été surpris en lieu et place, des excuses des autorités danoises, le Ministre des affaires étrangères du Royaume du Danemark a affirmé que le communiqué du Gouvernement était sans fondement (ce qui n’est pas juste au regard des faits que je viens de mentionner) faits soutenu par des correspondances officielles.

Le point le plus important, ce sont les messages à l’endroit d’abord de nos partenaires danois. Le Danemark joue d’une très bonne réputation en la République du Mali pour les actions de développement qui l’apporte.  Je pense qu’il est très important de maintenir cette bonne relation.  En tout cas, nous les invitons à faire attention à certains partenaires qui ont du mal malheureusement à se départir des réflexes coloniaux.

Le deuxième message à l’endroit de nos compatriotes, on se souvient tous que lors les Assises nationales de la Refondation, je pense que les Maliens dans leur grande majorité, ont fait le choix d’être des citoyens à part entière et de veiller surtout au respect de leur dignité.  Suite à cela, la vision de son Excellence, le Colonel Assimi GOITA, Président de la transition est clair : « le Malien en tant qu’Etat souverain, s’assume et s’assumera ».

Nous avons été surpris ces derniers temps d’entendre, je pense qu’il faut le clarifier, une fausse accusation de la part de Madame la ministre de l’armée française, Florence PARLY, accusant les autorités maliennes de faire de la provocation.

Je pense qu’il est très important, en tout cas, de rappeler que le Mali, aujourd’hui, tient au respect de sa souveraineté.

Nous invitons également Madame PARLY à plus de retenue, également à respecter le principe élémentaire de non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat dans les relations internationales.

Nous l’invitons également, c’est un conseil, à faire sienne, cette phase de Alfred de VIGNY sur la grandeur du silence. En tout cas nous, culturellement, on ne parle pas beaucoup. C’est par éducation et compte tenu de notre bonne de culture, nous ne ferons pas d’affirmations gratuites. Mais je pense qu’il est très important d’adresser les quatre interrogations suivantes à Madame PARLY.

La première interrogation, lorsqu’un Etat décide de soutenir un autre Etat, décide unilatéralement de déployer des forces spéciales sur le territoire national ; qui est dans la provoque ?

Lorsqu’un aéronef viole notre espace aérien et éteint son transpondeur pour ne pas être identifié, coupe la radio pour ne pas être en contact avec les opérateurs de contrôle, on se pose la question qui est dans la provocation ?

Lorsqu’on divise les Maliens en pour ou contre la Transition, on se demande qui est dans la provocation ?

Lorsqu’on tente désespérément d’isoler le Mali en instrumentalisant les organisations sous régionales, on se demande enfin qui est dans la provocation ?

Cela dit, en passant, c’est que les problèmes qui nous opposent, en tant que Maliens, ne regardent que les Maliens, et pas un notre Etat. Notre souhait, en tout cas, c’est la vision du Chef de l’Etat, grâce à nos liens sociaux et familiaux, je pense que nous allons faire rapidement à régler nos problèmes.

Je voudrais aussi féliciter l’ensemble de la classe politique malienne, la société civile, les différents mouvements pour leur patriotisme quel que soient leurs avis, divergent, convergent, sur la transition. En tout cas, nous sommes entre Maliens, conformément à la vision du Chef de l’Etat nous allons trouver une solution de manière consensuelle.

L’autre point soit dit en passant, le problème entre le Mali et les Organisations régionales, ne concerne que les Africains (ayant en partage l’histoire et la géographie).

Avant de terminer, je voudrais aussi insister sur le fait que le Mali tient à la paix, à la sécurité internationale, et surtout la coexistence pacifique entre les Etats. Nous ne sommes pas un peuple violent ni belliqueux. Enfin, nous tenons également au respect de notre Etat et de notre dignité en tant que Peuple ayant une riche histoire et surtout issus de très grandes de civilisation. Merci vous !

Transcription libre

Source : Info-Matin

Vous allez aimer lire ces articles

Nouvelle affaire dite d’équipements militaires : Qui sont les trois généraux inculpés ?

Tiégoum Boubèye Maïga sur Joliba Tv news : ‘’Au Mali, la presse est le secteur qui a embauché le maximum de chômeurs ! ‘’

Issa Kaou Djim : ‘’Dr Oumar Mariko est un patriote’’

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct