ADEMA PASJ: Conflit et division au sein de la grande ruche

Dramane Dembele

Dramane Dembele

Le candidat du parti appelle à voter IBK, la direction se prononce pour Soumaïla Cissé.

 

Ambiance explosive dans la cour du siège de l’Adema à Bamako Coura hier : la réunion des membres du comité exécutif de l’Adema qui visait à trouver une solution à une crise ouverte au sein du parti s’est terminée en queue de poisson. Entrés en salle depuis 10 heures du matin, ils n’y sont ressortis qu’à 17 heures. Sans trouver un terrain d’entente. De la cour, l’on peut entendre les discourtoisies venues de l’intérieur de la salle.

 

Quelque temps après, la porte s’ouvre brusquement et surgit un membre influent du parti, amer. Furieux, il quitte le siège du parti. D’autres suivirent sa voie… Et encore d’autres. Certains se sont même livrés à une bagarre de rue. Le triste spectacle a attiré une foule de curieux.

 

En gros, il faut retenir que l’Adema est profondément divisé sur le choix d’un candidat à soutenir au deuxième tour des élections présidentielles du 28 juillet. Il y a deux courants d’école sur la question au sein du parti : le premier emmené par Dramane Dembélé estime que le candidat est le porte-étendard du parti et du coup, c’est lui qui doit donner les consignes de vote. L’autre courant piloté par Ibrahima N’Diaye pense que c’est bien le parti (instance dirigeante) qui doit orienter le vote des partisans.

 

A la fin de cette si longue réunion, Dramane Dembélé a déclaré à la presse qu’ « une bonne partie du comité exécutif plus la base ont demandé de voter pour IBK ». Et il précise : « Moi, Dramane Dembélé, je vote IBK ». On ne peut être plus clair. « C’est faux ! Il a menti » réagit violemment un autre participant à la rencontre qui traite d’opportunistes ceux qui appellent à voter pour IBK. Un autre baron du parti, Boubacar Ba, dit Bill déclare lui aussi, presqu’au même moment, qu’il est important de prendre « une décision politique » non pas « une consultation individuelle ». Et d’ajouter : « celui qui vous a dit que l’Adema va voter IBK raconte sa vie, son désir personnel » a tranché, furieux, le maire de la Commune V.

 

Si ce n’est déjà fait, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema) est à deux doigts de la division fratricide. Arrivé en troisième position avec 9,59 % des suffrages du 28 juillet dernier, le parti des abeilles, première force politique avec une cinquantaine de députés à l’assemblée nationale, a décidé d’apporter son soutien au candidat de l’URD, Soumaila Cissé qui affrontera le 11 août Ibrahim Boubacar Keita.

 

Jusqu’ici, tout va bien. Pour la simple raison que l’Adema est membre du Front pour la Démocratie et la République (FDR), un groupement qui a signé le 31 mai, une plate forme politique et électorale. A travers ce document, tous les partis signataires s’engagent à soutenir celui qui ira au second tour des élections présidentielles.

 

C’est dire que le soutien annoncé du comité exécutif de l’Adema au candidat de l’URD est acquis. En revanche, la surprise à été l’annonce du candidat Dramane Dembélé, arrivée en 3ème position, en faveur de Ibrahim Boubacar Keita lors d’une conférence de presse organisée samedi.

 

« Considérant l’aspiration profonde des Maliens à la stabilité, la paix et la sécurité, prenant en compte leur volonté de redonner à notre pays son honneur et sa dignité, conscient de l’appartenance de l’ADEMA-PASJ et du RPM à la même famille politique, celle de l’Internationale socialiste, je lance un appel solennel à tous mes compatriotes qui ont voté pour moi à reporter leur voix sur le candidat Ibrahim Boubacar Keïta au second tour », a déclaré Dramane Dembélé.

 

Or, la veille, l’Adema avait pourtant appelé à voter pour le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, qui est lui aussi membre du Front pour la démocratie et la République.

 

Réagissant à la déclaration de Dramane Dembélé, le comité exécutif du parti, par la voix de Ibrahima N’Diaye, a indiqué que « La décision de Dembélé n’engage que lui seul. C’est le parti qui décide. Les militants suivront notre mot d’ordre de voter pour Soumaïla Cissé ».

 

A. M. CISSE

Vous allez aimer lire ces articles

La Belgique envisage de réexaminer son engagement au Mali (MAE)

Accusation des provocations: le ministre MAIGA recadre PARLY

Mali : Face à une junte hostile, le gouvernement français veut reconfigurer son dispositif militaire

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct