Affaire des violences faites aux femmes à Kéniéba : « Le juge de Kéniéba est lui-même conscient qu’il n’a pas dit le droit », dixit Me BATHILY

Le procès opposant les femmes de Camara (Commune de Faraba), représentées par l’Association Ba Damabé, aux sociétés minières chinoises pour coups et blessures volontaires avec menace d’arme à feu a connu son épilogue ce 31 mars 2021 au Tribunal de première instance de Kéniéba. Au terme du verdict, le juge a soutenu que l’accusation n’avait pas apporté les preuves irréfutables de ses allégations et a condamné les représentants des sociétés chinoises à des amendes pour exploitation illégale de l’or. Une décision que rejette l’Association Ba Dambé et a aussitôt interjeté appel.

Les enjeux dudit procès étaient au cœur des échanges, ce lundi 12 avril 2021, entre l’avocat de l’Association ‘’Ba Dambé’’, Me Mohamed Ali BATHILY et les hommes de médias, à la Maison de la presse.
Pour la circonstance, il avait à ses côtés, l’ancien ministre Maouloud Ben KATTRA ; la Présidente de l’Association ‘’Ba Dambé’’, Mme Mariam Yagaré DIALLO ; ainsi que plusieurs autres responsables d’Associations engagées pour la cause.
Dans son exposé, Me BATHILY a indiqué qu’il est temps que les Maliens se mobilisent contre l’injustice. Selon lui, les populations rurales sont, de nos jours, exposées à toutes formes de dérives judiciaires en raison de leur ignorance sans que l’État ne puisse être d’aucun secours pour elles.
De son constat, il ressort que le Mali n’est pas un Etat de droit depuis belle lurette, car, dit-il, les autorités gouvernent dans l’arbitraire, le népotisme et le laxisme.
Pour lui, les citoyens n’ont pas besoin de supplier les autorités pour qu’elles appliquent la loi. Face à la mauvaise application, voire non-application du droit, les populations, selon Me BATHILY, doivent répondre par la désobéissance civile.

Les persécutions
L’ancien Garde des sceaux s’est insurgé contre le fait que les populations de Kéniéba sont toujours menacées et jetées en prison pendant que les sociétés chinoises qui exploitent les ressources minières en toute illégalité, en utilisant du mercure et du cyanure, ne sont jamais inquiétées. Pour l’Avocat, ces faits sont constitutifs d’empoisonnement collectif.
De l’avis de Me BATHILY, le juge de Kéniéba est lui-même conscient qu’il n’a pas dit le droit. De ce fait, il a accusé le Président du Tribunal de manger dans la main des Chinois.
Pour lui, les populations ne devraient plus respecter les autorités à partir du moment où elles agissent en dehors de la loi.
« Dans un pays où règnent l’anarchie et la corruption, ce sont les étrangers qui s’adjugent les meilleurs droits », a-t-il déploré. Sinon, a-t-il fait savoir, aucun Malien n’aurait le courage de porter la main sur une femme en Chine a fortiori de porter des armes.
Pour lui, le Mali n’existe pas et que nous devons nous mobiliser avant qu’il ne soit trop tard. « Le mensonge, la corruption et le manque de justice ont mis à terre le Mali », s’est-il insurgé.
Face à la gravité de la situation, Me BATHILY a exigé le départ du Commandant de la Brigade territoriale de Gendarmerie de Kéniéba qu’il accuse de piétiner le droit des populations de la circonscription en faveur de Chinois.
Dans cette situation, il a invité les populations de Kéniéba à se faire justice en incendiant le matériel des sociétés chinoises qui se trouvent dans le lit de la Falémé.
Pour lui, l’indépendance de la justice ne donne pas le droit au juge de faire tout ce qu’il veut en dehors de la loi.
Le conférencier fait savoir que lors de l’audience du 13 mars 2021, le Procureur près du Tribunal de première instance de Kéniéba a exposé une vingtaine d’armes à feu ayant été saisies sur les différents sites où a lieu la violence. A cela s’ajoutent des photos montrant les vigiles des Chinois en train de frapper les femmes, ainsi que d’autres braquant des armes à feu sur les femmes aux mains nues. A cela s’ajoutent les excuses publiques des accusés lors de l’audience du 13 mars.

Le complot
Malgré l’accumulation de ces preuves palpables de violences, le juge en a décidé autrement. Parmi les raisons de son refus, le juge, a-t-il fait savoir, a évoqué l’absence de témoins oculaires pour les cas de menaces de mort.
Ce qui fait dire à Me BATHILY que les populations sont victimes d’un complot de la justice à Kéniéba. Car, dit-il, si le Procureur était convaincu de son réquisitoire, il devrait être le premier à interjeter appel de la décision du juge pour que les représentants des sociétés chinoises restent en prison.
Mais, au lieu de cela, ce n’est que la plaignante qui a fait appel laissant le choix au juge de libérer les accusés.
« Un pays où les autorités n’appliquent pas la loi est appelé à disparaître », a prévenu le Président de la Plateforme de la justice.
Pour lui, l’utilisation du cyanure dans l’extraction de l’or peut engendrer des conséquences sur près de 100 ans.
D’ailleurs, en 2014, selon les données médicales, plus de 348 enfants sont nés dans le cercle de Kéniéba avec des malformations.
« La décision de justice s’impose, mais la décision de l’injustice se combat », a martelé Me BATHILY. De ce fait, il a encouragé les populations de Kéniéba à porter plainte contre tous les auteurs d’abus d’autorité.

Un soutien de taille
Dans son intervention Maouloud Ben KATTRA a exprimé toute sa solidarité avec les populations de Kéniéba, notamment les femmes victimes de violences. Selon lui, aucun Malien ne doit fermer les yeux sur ce qui se passe actuellement à Kéniéba. Pour lui, cette affaire n’est pas la faute des seules populations de Kéniéba, mais de l’ensemble du Mali. « Tout bon Malien doit s’associer aux populations de Kéniéba pour trouver une solution à ce problème », a-t-il lancé. Avant de s’engager à être l’un des défenseurs des populations de Kéniéba.
Pour ce faire, il a invité les responsables de l’Association ‘’Ba Dambé’’ à lancer un appel patriotique pour défendre la richesse minière de Kéniéba.

Flatiè Diall

Source : La lettre du Peuple

Vous allez aimer lire ces articles

CONSEIL NATIONAL de la TRANSITION (CNT) : L’honorable Souleymane Dembélé met le Ministre de l’Économie et des Finances dos au mur

Rencontre Bouyé-SBM: réconciliation scellée…?

SBM-Bouyé: en politique, ne jamais dire jamais

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct