Lors du 4è congrès du MNLA à Kidal, le représentant de la Minusma, Christophe Sevillon,  qui avait tenue un propos sécessionniste en qualifiant le représentant de l’Etat de «  délégation venue du Mali».  Suite à la réaction des internautes et de l’indignation des forces politiques et des institutions de la République, l’homme fut expulsé mardi du Mali par les autorités. Cette expulsion du représentant de la Minusma à Kidal, Français de nationalité, en territoire malien fait suite à d’autres cas comme celui de Antony Fouchard qui avait aussi tenu des propos déplacés en ironisant une attaque contre les FAma en février 2018. A l’époque, le ministre de la Communication Arouna Modibo Touré avait pris la décision courageuse de retirer la carte à ce journaliste de RFI et de France 24 sa carte de presse, à cause de son tweet scandaleux. « Véhicule suicide contre Barkhane, kamikaze contre FAMa, ça prend une tournure sympathique », disait-il.

 

A qui le tour ?

Ça pourrait-être le porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado, qui avait tenu lui aussi hier un propos déplacé dans sa tentative de défendre l’expulsion ou la démission de Christophe Sevillon. « Olivier Salgado, affirme que la Minusma, comprenant les préoccupations des autorités maliennes avait déjà pris les dispositions avant cette annonce afin que le chef de bureau de la Minusma puisse quitter Kidal et le territoire malien dans les meilleurs délais, dans l’intérêt des parties ». Après la réaction des internautes, la note fut changée d’un coup en laissant place à celle-ci : « Olivier Salgado, affirme que la Minusma, comprenant les préoccupations des autorités maliennes avait déjà pris les dispositions avant cette annonce afin que le chef de bureau de la Minusma puisse quitter le territoire malien dans les meilleurs délais, dans l’intérêt des parties ». Pourquoi fait-il la différence entre Kidal et le Mali ? A analyser par ces propos, Kidal n’est pas une entité du Mali.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau