CEDEAO : Le M5-RFP souhaite la levée de la suspension dès la nomination d’un premier ministre civil

Le mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a, dans un communiqué publié hier, sollicité la levée de la suspension du Mali par la CEDEAO dès la nomination d’un premier ministre civil. Ledit communiqué est signé par Dr Choguel Kokalla Maïga.

Le Comité Stratégique du M5-RFP, dans son communiqué, a d’abord déploré la décision des chefs d’État de la CEDEAO de suspendre le Mali des institutions l’organisation communautaire. Il a ainsi souhaité que « ladite suspension soit levée dès la nomination d’un Premier ministre civil, conformément à la résolution du Sommet extraordinaire d’Accra ».

Par ailleurs, le mouvement hétéroclite a salué « l’esprit de clairvoyance des Chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO qui ont, ainsi, épargné à notre Pays des sanctions plus fortes qui auraient immanquablement comme conséquence de compliquer davantage les efforts des uns et des autres dans la quête de plus de stabilité et plus de capacité dans la lutte contre le terrorisme ».

Dans son communiqué, le mouvement dans lequel le prochain premier ministre sera nommé a félicité le colonel Assimi Goïta pour ses « efforts politiques et diplomatiques pour emporter l’adhésion des Chefs d’État et de gouvernement de notre organisation commune, à la nécessité de préserver les intérêts supérieurs du Mali et conforter l’engagement patriotique du Peuple malien enclenché depuis le 5 juin 2020. »

Dr Choguel Kokalla Maïga et ses collègues ont rappelé que toutes les actions du M5-RFP ont été « menées dans le respect de la laïcité, des principes républicains et des valeurs de la démocratie, et qu’aucune circonstance ne pourrait l’en détourner ».

Il faut préciser que le M5-RFP et l’ex CNSP sont en phase depuis le coup de force contre le Bah N’daw et Moctar Ouane. La primature a même été promise au M5-RFP par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

Boureima Guindo

  Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Milieu universitaire : la fin de l’impunité ?

Affaire Dr. Oumar Mariko : La traque continue-t-elle ?

Avant-projet de constitution-violation des droits et libertés au Mali : La CNAS-Faso Hèrè, le parti de l’ancien Premier ministre, Soumana Sako, s’oppose à «toute remise en cause de la Constitution de 1992 »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct