Le président du Pôle politique et consensus, Jammile Bittar était face à la presse le mercredi dernier pour échanger sur les questions brûlantes de l’heure.

Dans ses propos liminaires, le président du PPC a salué la décision du Président de la République, à travers le gouvernement, de déclarer le chef du bureau de la Minusma à Kidal, Christophe Sivillon  «persona non grata» au Mali, suite aux propos inacceptables qu’il a tenus, à l’occasion du dernier congrès du MNLA à Kidal. Selon Jammile Bittar, cette décision a permis d’apaiser les cœurs et les esprits des uns et des autres, estimant que le Mali reste «Un et indivisible»

Pour le président du PPC, des décisions doivent être aussi prises en ce qui concerne le statut de la ville de Kidal. «La ville de Kidal ne pourrait pas être une base militaire étrangère en République du Mali. À cet effet, un espace devrait être dédié à ces forces de la Minusma et de Barkhane, hors de la ville de Kidal», a t-il souhaité. Et le leader politique de rappeler que Kidal reste une capitale régionale comme tant d’autres, ajoutant que s’il devrait y avoir présence militaire, ce serait les Forces armées maliennes (FAMa).

Concernant le Dialogue National Inclusif (DNI), le président du PPC a rappelé que son regroupement a participé à toutes les phases précédentes du processus, assurant que la participation de son parti sera donc effective à la dernière étape. Aux sceptiques, il leur a demandé d’accorder le bénéfice du doute à la réussite du DNI, invitant l’ensemble des acteurs à rejoindre le bateau de la reconstruction de notre nation. Jammile Bittar appelle à l’union sacrée autour de la patrie. Il a ajouté que les peuples de la zone sahélienne doivent tout faire pour s’aligner derrière leurs chefs d’Etat, afin qu’ils puissent faire parvenir des doléances, en leurs noms, auprès de la Communauté internationale.

Seydou Diamoutené

Source : 22 Septembre