Après la demande avec insistance du gouvernement malien : Le Danemark retire sa troupe

Le Royaume du Danemark a finalement décidé de retirer ses forces spéciales déployées au sein de la force européenne « Takuba » au Mali. Cette décision intervient le lendemain d’un second communiqué du gouvernement malien demandant, avec insistance, la partie danoise à retirer immédiatement ses forces spéciales du territoire malien. 

Déployées sans autorisation, les forces spéciales danoises quitteront le sol malien à la demande des autorités. Cela, après avoir refusé, dans un premier temps en évoquant une invitation par le Mali. Ainsi après un second communiqué du gouvernement malien avec un ton de fermeté, le Danemark a décidé de retirer ses troupes. L’annonce a été faite par son chef de la diplomatie, ce jeudi. « Les généraux au pouvoir ont envoyé un message clair où ils ont réaffirmé que le Danemark n’est pas le bienvenu au Mali. Nous ne l’acceptons pas et pour cette raison nous avons décidé de rapatrier nos soldats »a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod après une réunion au Parlement.

Les incompréhensions

Dans son premier communiqué, le gouvernement du Mali a dénoncé le caractère « unilatéral » du déploiement des 100 forces spéciales par le royaume du Danemark. En réplique à ce communiqué, le ministre danois des Affaires Étrangères qui évoquait la conclusion d’un accord entre les deux pays avant le déploiement des forces spéciales danoises. La France s’est aussi invitée dans le débat en arguant que les forces spéciales danoises ont été déployées dans un cadre juridique légal. Aussi, dans un communiqué conjoint publié mercredi, les pays d’Europe ont exhorté mercredi soir les autorités de la transition à autoriser les forces spéciales danoises à rester au Mali. « Nous appelons les autorités maliennes, en ce moment critique pour le Mali, où la solidarité s’impose plus que jamais, à respecter les bases solides sur lesquelles se fonde notre coopération diplomatique et opérationnelle, et à remédier rapidement à cette situation », ont sollicité, dans un communiqué, l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Estonie, la France, la Hongrie, l’Italie, la Lituanie, la Norvège, les  Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la  Suède.

Le même jour, le 26 janvier, les autorités maliennes ont demandé, avec insistance, le retrait de la centaine des forces spéciales danoises. Selon le porte-parole du gouvernement malien, les autorités maliennes ne souhaitent que le respect de sa souveraineté. Il a précisé que « nous ne sommes encore au stade de l’incident diplomatique. C’est peut-être des incompréhensions entre le gouvernement du Mali et le gouvernement du Danemark ».

Le lieutenant-colonel, après avoir salué la bonne réputation du Danemark au Mali en raison de son action en faveur du développement, a adressé un conseil à ce pays ami. « Nous les invitons à faire attention à certains partenaires qui ont du mal malheureusement à se départir des réflexes coloniaux », a-t-il dit. S’agit-il de la France ? On ne saurait le dire, mais les tensions sont vives entre les autorités maliennes et françaises depuis des mois. « Le Mali tient à la paix, à la sécurité internationale et surtout à la coexistence pacifique entre les États. Nous ne sommes pas un peuple violent ni belliqueux. Nous tenons au respect de notre État et de notre dignité en tant que peuple ayant une riche histoire et surtout issu de très grandes civilisations », ont plaidé les autorités maliennes.

Boureima Guindo

Source: LE PAYS

Vous allez aimer lire ces articles

Don Graves, secrétaire au commerce des USA : Les États-Unis pour un partenariat avec l’Afrique

EMGA : Le Chef d’Etat-major Général des Armées du Burkina Faso au Mali.

Coopération : Le MDAC reçoit une délégation algérienne.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct