Nous n’avions jamais douté qu’un jour des taupes allaient être démasquées de l’intérieur ou de l’extérieur dans le piège monté depuis 2012 contre l’Etat du Mali. Voici ce que disait cet ancien Ministre du travail et de la fonction publique sous le régime de Moussa TRAORE en 2015 : ‘’la France avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. Il accuse la France d’avoir poussé le MNLA à occuper les villes du nord. Aussi, il explique que cette guerre est liée à des enjeux économiques dont la France voulait avoir le monopole. Pour cela, elle a conclu un accord avec le MNLA avant la guerre entre les deux parties. Il signale immédiatement que la guerre gagnée, la France a changé complètement de politique.

abdoulaye-diop-ministre-affaires-etrangeres-mohamed-ag-erlaf-ministre-administration-territoriale-decentralisation

L’objectif de la France était tout simplement d’affaiblir le gouvernement malien afin de l’obliger à signer un accord de défense et ensuite s’octroyer des concessions minières dans la région et protéger celles qui existent déjà’’. Une autre preuve est que deux jours après la signature de l’accord disons pour la paix et la réconciliation et à la faveur d’une descente rapide sur le Mali l’ancien ministre français de la défense sous François Hollande  et actuel ministre des  affaires étrangères   en la personne de Yves Le DRIAN a dit « qu’au Mali les peuples du nord et ceux du sud ont essayé de vivre ensemble, mais que cela n’a pas été possible. Par conséquent qu’il faille désormais inventer une forme de coexistence entre les communautés. Au-delà, de cette volonté française, un traité de coopération militaire a été préalablement imposé et signé par le Président IBK, ôtant au Mali sa souveraineté par la mise en coupe réglée  des FAMAS et le monopole  exclusif à la France d’exploiter nos ressources minières dans le grand désert malien. La tentative d’imposer au Président IBK, un ex-cadre de la rébellion de 1990, actuel ministre de l’éducation comme premier ministre alors que plusieurs nordistes le qualifient de taupe de la CMA. IBK craignant, le sentiment que le peuple éprouverait par rapport à ce diktat n’a pas franchi ce pas. Mais toujours est-il dit qu’IBK a eu la myopie politique en le nommant encore à l’éducation nationale. C’est sous sa magistrature  que la France a osé utiliser officiellement le mot ‘’Azawad’’ dans un devoir d’une classe du cycle primaire de l’école française Liberté A. Les questions posées aux élèves pour préparer leur esprit à la future création de l’état d’azawad étaient les suivantes aux points 7, 8 et 9 :

  • Qu’est-ce que l’Azawad ?
  • Cette région appartient-elle au Mali ?
  • Quelle est la capitale de l’Azawad ?
  • Combien y a-t-il d’habitants ?
  • Quelle est la superficie de cette région ?
  • Quelles langues parle-t-on dans la région Azawad ?
  • Que signifie le mot ‘’Azawad’’ en arabe ?

En voici des questions qui enlèvent tout doute dans l’esprit des maliens sur le projet franco-malien de partager le Mali en deux entités. L’Azawad n’a jamais été officiellement une région administrative malienne. Ce qui est dans les documents officiels, c’est bien la région de Kidal et non de l’Azawad. Ce professeur français ne devrait pas quitter le Mali sans montrer la source qui lui a dit que l’Azawad est une région du Mali. Malheureusement, il n’est pas seul dans ce sabotage de la République, il  ne pouvait pas avoir ce culot sans un complice haut placé   c’est pourquoi des soupçons pèsent  sur le  ministre de l’éducation nationale. D’ailleurs le Monsieur  en question  depuis fort longtemps est accusé par certains d’être  la tête pensante de la rébellion, mais aussi d’être une taupe de la CMA dans l’administration malienne. Il n’a jamais condamné formellement la rébellion de 2012 jusqu’à maintenant.

Quant à IBK, son élection est due selon plusieurs sources à l’appui de François HOLLANDE après qu’il  ait promis d’accorder   l’Autonomie de Kidal une fois élu. Un adage dit que ‘’lorsque tes mains ou tes pieds t’engagent, tu peux toujours te tirer d’affaire mais lorsque la langue t’enfonce,  soutien, impossible de s’en sortir’’. Voici ce qui arrive à notre président. Les excuses de l’ambassade de France au Mali ne sont que de la poudre aux yeux  à l’égard des maliens. Nous savons qu’un  enseignant débutant  est toujours encadré par un collègue plus  ancien. Quel a donc été le rôle pédagogique de ce dernier concernant le texte proposé ?

Dire que la France a toujours défendu et continuera à défendre,  l’intégralité territoriale du Mali, la souveraineté du Mali  ne nous convint plus, car le 21 mai 2014, les soldats français déguisés en touareg ont combattu les FAMAS pour les mettre en déroute. Lorsque l’opération Serval, a chassé les djihadistes qui au préalable avaient chassé le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), elle est allée  chercher le MNLA pour venir l’installer à Kidal en 2012. C’est suite à cela que le MNLA a proclamé l’indépendance de cette localité le 6 avril 2012 sous le nom d’Azawad. La France, le Président IBK et le Ministre de l’éducation Ag Erlaf, viennent d’être demasqués par le peuple qui forcement doit sanctionner tous ces responsables qui nous trainent dans la boue.

Badou S KOBA

Par Le Carréfour