Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 29 juin 2022

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Nomination 

Le Secrétaire général a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Najat Rochdi, du Maroc, comme Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie.

Pré-Sommet sur l’éducation

Le Secrétaire général a fait diffuser ce matin une message vidéo au pré-Sommet « Transformer l’éducation » qui se tient à Paris.

Il y dit que toute solution aux problèmes mondiaux commence par l’éducation, le meilleur outil dont on dispose pour réaliser et développer le potentiel humain.  Il a toutefois prévenu qu’il existe en ce moment une crise de l’équité, de la qualité et de la pertinence des systèmes éducatifs dans de nombreux pays.  Il a souligné que le Sommet « Transformer l’éducation », qui se tiendra au mois de septembre, juste avant l’ouverture de l’Assemblée générale, doit être un tournant.  Convoquant les chefs d’État pour qu’ils fassent, en termes clairs, leurs promesses et expliquent leurs plans pour transformer fondamentalement l’éducation, le Secrétaire général les a exhortés à tirer pleinement parti du pré-Sommet pour imprimer l’élan qu’il faut et s’engager à créer une percée pour les apprenants et les sociétés.

Conseil de sécurité   

La Cheffe de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Mme Bintou Keita, a dit aujourd’hui aux membres du Conseil de sécurité que les activités en cours du M23 et des autres groupes armés dans l’est de la RDC risquent d’inverser les gains durement acquis de la sécurité et de la stabilité dans le pays et dans la région.

Mme Keita a appelé le Conseil de sécurité à accorder son plein appui aux efforts de la région pour atténuer les tensions diplomatiques et sécuritaires actuelles.  Elle a aussi exhorté la RDC et le Rwanda à saisir l’opportunité du prochain Sommet convoqué par le Président de l’Angola, M. João Lourenço, pour résoudre leurs différends par le dialogue.

Mme Keita a ensuite répondu à quelques questions de la presse.

République centrafricaine

Les Casques bleus ont lancé une opération militaire contre des groupes armés à Ouanda-Djallé, à 175 kilomètres dans le sud de Birao.  La Mission des Nations Unies a indiqué que les populations ont été durement affectées par l’arrivée récente des groupes armés dans leur communauté.  Nombreux ont été ceux qui ont dû fuir et vivre dans des conditions très précaires.

Les Casques bleus ont réussi à sécuriser la ville et les opérations se poursuivent aujourd’hui pour permettre aux déplacés de revenir chez eux.  La Mission a ajouté qu’elle mène jour et nuit des patrouilles robustes ainsi que des missions de surveillance aérienne.

La Mission a réitéré son appel aux groupes armés pour qu’ils déposent immédiatement les armes, intègrent les programmes de désarmement, démobilisation et réintégration et s’abstiennent de tout acte susceptible de nuire aux civils.

Mali 

Les Casques bleus font tout pour améliorer la sécurité dans le centre du Mali.

Le Chef de la Mission des Nations Unies (MINUSMA), M. El-Ghassim Wane, vient juste d’achever une visite de deux jours dans la région de Mopti, où les communautés sont gravement affectées par les dernières attaques des groupes armés.

M. Wane et son équipe se sont entretenus avec les gouverneurs, les autorités locales et les habitants des villages de Bandiagara, d’Ogossagou et de Diallassagou, où beaucoup de gens ont été tués ou ont fui récemment.  Les discussions ont porté sur la manière dont les autorités maliennes et la Mission peuvent collaborer pour améliorer la sécurité et appuyer la cohésion sociale.  Le Chef de la Mission s’est aussi entretenu avec le Gouverneur de Mopti de la possibilité de coopérer pour réduire les tensions liées à la migration des agriculteurs, en créant un « couloir » sûr.

Le Chef de la Mission a également discuté avec les Forces armées maliennes de l’amélioration de la coopération transfrontalière, régionale et internationale.  Il a réitéré le ferme appui de la Mission aux efforts de réconciliation et souligné la nécessité de poursuivre le dialogue entre les communautés locales.

Afghanistan 

L’ONU et ses partenaires continuent de fournir une assistance humanitaire après le séisme de la semaine dernière.

Dans le district de Gyan de la province de Paktika, l’ONU a fourni à près de 900 familles de la nourriture, des tentes, des abris, de l’argent liquide, de l’eau et des produits d’hygiène.

Dans le district de Barmal, toujours dans la province de Paktika, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont distribué ensemble des abris de secours et autres articles à 300 familles.

Dans la province voisine de Khost, l’ONU et ses partenaires ont fourni de l’argent liquide et de la nourriture à plus de 200 familles du district de Spera.  Toutes les cliniques mobiles, opérées par les partenaires humanitaires de l’ONU, sont opérationnelles dans les communautés touchées par le séisme.  On peut conclure des évaluations que le séisme a touché près de 2 000 familles dans les provinces de Paktika et de Khost.

Ukraine 

Hier après-midi, Mme Rosemary DiCarlo, Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et de consolidation de la paix, a parlé au Conseil de sécurité de la sécurité en Ukraine, dans le cadre d’un débat public.

L’ONU est particulièrement préoccupée par la situation dans les zones contrôlées ou pas par le Gouvernement dans la province de Louhansk où les agences humanitaires ne peuvent pas acheminer l’aide ou contribuer l’évacuation des civils, en raison des combats en cours.

Sur place, les autorités disent que près d’une dizaine de civils ont été tués, il y a deux jours, alors qu’ils faisaient la queue pour se procurer de l’eau à Lysychansk.  L’accès à l’eau et à la santé dans ces zones reste, de manière troublante, limitée.

Malgré des problèmes énormes, l’ONU a apporté une assistance vitale à près de neuf millions d’hommes, de femmes et d’enfants, depuis le début de la guerre.  Les besoins demeurent toutefois bien plus élevés que les ressources disponibles.

Une nouvelle fois, l’ONU exhorte les parties au conflit à protéger les civils et à assurer un accès sûr et sans entrave aux agences humanitaires partout dans le pays.

Libéria

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Niels Scott, renforce la riposte nationale contre la COVID-19, en appuyant le Comité permanent et plusieurs campagnes massives de vaccination.  Au 24 juin, le pays avait reçu plus de quatre millions de doses de vaccin, dont près 3,4 millions par le Mécanisme COVAX.  Plus de 2,7 millions de personnes ont reçu au moins une dose et plus 2,2 millions sont totalement vaccinées, ce qui représente 73% de la population cible des 12 ans et plus.  Avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Libéria a fait en sorte que les groupes prioritaires, dont 8 600 réfugiés, soient vaccinés.

L’équipe a aussi travaillé avec les autorités sanitaires pour fournir aux personnes handicapées des services technologiques comme des appareils auditifs, des lunettes, des chaises roulantes, des prothèses et des équipements de soutien cognitif.  L’équipe a également travaillé avec le Gouvernement pour lancer l’apprentissage à distance, tout en appuyant les initiatives nationales de nutrition au profit de près de 37 000 enfants.

Nourriture

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport sur la situation mondiale des pêches dans le monde qui montre que la croissance importante de l’aquaculture a permis à la production halieutique et aquacole totale d’atteindre en 2020 un record absolu.  Le secteur continue de se développer, et la FAO estime que des changements porteurs de transformation plus ciblés sont nécessaires si l’on veut que le secteur halieutique et aquacole soit plus durable, plus inclusif et plus équitable.

Un deuxième rapport parle des perspectives agricoles pour la prochaine décennie.  Le rapport conjoint souligne que le secteur agroalimentaire mondial fera face à des problèmes fondamentaux, dont la nécessité de nourrir une population en constante augmentation, l’impact de la crise climatique et les conséquences économiques des perturbations de la chaîne d’approvisionnement alimentaire liée à la guerre en Ukraine.

Rapport mondial sur les villes 

ONU-Habitat a publié aujourd’hui un rapport qui prévient que le rythme de l’urbanisation n’a été que temporairement ralenti par la pandémie de COVID-19.  La population urbaine dans le monde devrait croître de 2,2 milliards d’âmes d’ici à 2050.

L’exode massif des principales villes au tout début de la pandémie pour se réfugier dans la campagne ou des villes plus petites était une réaction à court terme qui n’a en rien empêché la course à l’urbanisation dans le monde.

Malgré une plus grande incidence du virus dans les zones urbaines et les difficultés économiques créées par la pandémie, les villes ont une nouvelle fois servi de fenêtre d’opportunités pour la recherche d’emplois, l’éducation, la formation et la protection contre les conflits.

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : La force Barkhane a “neutralisé” un cadre jihadiste lors d’une opération au nord-est de Gao

Lamamra s’entretient avec son homologue malien

Une délégation allemande chez le ministre de la Défense

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct