Les partis de l’opposition et la coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) resserrent leur étau sur le président de la République Ibrahim Boubacar Keita et son entourage.

ibk-ibrahim-boubacar-keita-president-malien-congres-rpm

La convocation du collège électoral, sans discussions préalables avec les parties signataires et sans accord des partis de l’opposition, laisse à entrevoir la possibilité du report où du boycott des élections communales et régionales dont la tenue est prévue pour le mois de décembre prochain.

Lors de leur rencontre sur les sujets d’intérêts nationaux, les partis de l’opposition et les organisations de la société civile ont assuré qu’ils ne sont pas favorables à l’organisation des élections en décembre. La raison avancée par ceux-ci est l’insécurité résiduelle qui fragilise le territoire national.

Pour sa part, la Coordination des Mouvements de l’Azawad s’est également opposée à la tenue des élections dans les régions du nord du pays. Selon elle, les élections doivent être reportées jusqu’à la prise en compte des aspects politiques inscrits dans l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Il s’agit notamment de l’opérationnalisation des Autorités Intérimaires, l’organisation du retour des réfugiés/déplacés, la révision des listes électorales, la relecture des lois portant libre administration et codes des Collectivités Territoriales et bien d’autres aspects y afférents.

A ce rythme, l’on doit s’attendre à un report du rendez-vous décisif pour l’ensemble des populations, jusqu’à la mise en place des conditions optimales, idoines et transparentes.

Source: Maliactu.info