Général Moussa Sinko Coulibaly lors du 5ème anniversaire du parti LDC : ”Il fallait remettre le référendum à plus tard”

Les militants et sympathisants de la Ligue Démocratique pour le Changement (LDC) du Général Moussa Sinko Coulibaly ont célébré avec faste leur 5ème anniversaire, le vendredi 20 janvier 2023. C’était au quartier général dudit parti à Faladiè en Commune VI du District de Bamako. Étaient présents à cet évènement, le Général Moussa Sinko Coulibaly, Président de la LDC, M. Gaoussou Tangara, 1er Vice-Président, Pr. Adama Diallo, Secrétaire Général, Lamine Traoré, Secrétaire Politique, Pr. Lassana Kanté, Président de l’Espoir Sinko 2024, Mahamane Baby, ancien Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Me Malick Coulibaly, ancien Ministre de la Justice Garde des Sceaux, l’un des initiateurs de la création de la LDC et plusieurs partis amis.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Général, Pr. Adama Diallo a souhaité a tout d’abord salué l’engagement patriotique du Général Moussa Sinko Coulibaly pour la cohésion nationale. Le Pr. Diallo a partagé la perception de la LDC concernant la démocratie. Pour lui, les régimes politiques ne sont pas des “temples dressés” pour l’éternité. Ainsi, dans une démocratie, la longévité du régime dépend non seulement de la constitution, mais aussi du respect du contrat social, moral et économique entre les gouvernants et les gouvernés.

Dans son intervention, le Pr. Diallo dira que le changement s’avère indispensable en un moment donné dans la vie d’une nation démocratique. Pour terminer, il a appelé les militants du parti à jouer pleinement leur partition dans la construction du pays.

Cette mission du parti sera axée sur cinq points notamment la Sécurité, la Gouvernance, l’Economie, le Développement Social et la Diplomatie. Dans son intervention, le Général Moussa Sinko Coulibaly a mis l’accent sur la célébration de ce 5ème anniversaire qui n’est pas faite seulement pour son parti seul, mais à l’endroit de l’ensemble des partis politiques du Mali. Il a vivement remercié tous les mouvements politiques et associations politiques qui opèrent au Mali car, pour lui, la politique est un métier difficile. Car, vouloir se mettre au service des autres n’est jamais un engagement facile surtout dans un contexte malien actuel où faire de la politique est souvent difficile pour la simple raison que c’est mal compris et ceux qui ont accepté de s’engager font dans des conditions très difficiles.

”J’apprécie énormément et respecte toutes les femmes et tous les hommes politiques au Mali et particulièrement le mouvement démocratique qui s’est battu en 1991 pour l’instauration du multipartisme au Mali. Le Général MSC a fait savoir qu’on ne peut pas gérer un pays sans la politique et que son parti croit à la démocratie, le seul système auquel il faut accorder du crédit, c’est la démocratie. Aussi, il a exprimé son souhait de voir que le régime de transition se termine vite et que ça soit la dernière transition au Mali. Pour la tenue du referendum, le Général Coulibaly a fait ressortir la position de la Ligue dans ce sens. Il a indiqué qu’il fallait le remettre à plus tard pour des raisons sécuritaires, et le temps imparti pour la durée de la transition. Aujourd’hui, a-t-il déclaré, il y’a des raisons supplémentaires qui leur poussent à dire qu’il faut peut-être prendre du temps avant d’aller au referendum car, pour lui, la question du referendum divise les Maliens. Aujourd’hui, la mission du LDC est de rassembler les Maliens autour de l’idéal commun.

Pour terminer, il a conseillé à prendre du temps afin d’avoir l’adhésion et le consensus autour de cette question. La LDC n’est pas contre le principe du referendum, mais le Général Moussa Sinko Coulibaly pense qu’il faut plutôt rassembler les Maliens et non de les diviser. Au début de cette cérémonie, une minute de silence a été observée à la mémoire à l’ensemble des civils et militaires tombés pour la défense de la patrie et les vœux de prompt rétablissement aux blessés.

Y. MARIKO

Source : Le Malien

Vous allez aimer lire ces articles

Sans Tabou: cadre-constitution: tout ça pour ça ?

En quête de paix juste pour notre pays

RÔLE DE LA CEDEAO ET DES PARTENAIRES EXTÉRIEURS DANS LE PROCESSUS DE TRANSITION AU MALI: LE REPRÉSENTANT RÉSIDENT DE LA CEDEAO AU MALI REÇOIT LES ENVOYÉS SPÉCIAUX POUR LE SAHEL DES PAYS DU BENELUX

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct