Il prend de la hauteur après la prison: Issa Kaou N’Djim appelle à « l’union sacrée » autour du Mali

Issa Kaou Djim s’est-il fait une nouvelle liturgie ? C’est ce que plusieurs Maliens se demandent en observant le silence de l’homme et le discours qu’il tient depuis sa sortie de prison. Dans les locaux du tribunal, Issa Kaou N’Djim a livré sa première réaction sur sa condamnation à six mois de prison avec sursis. En lieu et place de ce qu’attendaient plusieurs personnes, Issa Kaou Djim a tout simplement rendu grâce à Dieu pour sa miséricorde.

« Je rends grâce à Dieu, le Miséricordieux, et profite pour remercier le peuple malien, ceux de l’intérieur comme de l’extérieur et qui ont souci de ce pays », a déclaré le président de l’ACRT. Selon Issa Kaou N’Djim, le Mali a besoin de l’union sacrée autour de la réconciliation, du vivre-ensemble, mais surtout d’aider les forces armées et de sécurité à faire face à « cette menace qui est en train de causer d’énormes pertes en vies militaires et civiles ».

« Étant politique, nous estimons qu’il faut aller à l’essentiel qui consiste à créer les véritables conditions de réconciliation et de continuer à prier pour le Mali. Pour ceux qui ne nous ont pas compris, nous respectons leur position et nous pardonnons à ceux qui nous ont vilipendés ou insultés et nous remercions ceux qui nous ont soutenus », a défendu Issa Kaou N’Djim.

Il a également salué la classe politique pour « son soutien » et singulièrement l’ACRT, sa famille politique, et ses parents et mes amis. « Aujourd’hui, nous voulons être dans le camp de ceux qui ont des idées de sortie de crise », a-t-il indiqué. Pour l’ancien 4e vice-président du CNT, le Mali a besoin aujourd’hui de « trouver les voies et moyens pour juguler l’insécurité et se réconcilier avec le monde, car il ne saurait vivre en autarcie ».

« Pour nous, le plus important, c’est de créer le plus rapidement possible, les meilleures conditions pour organiser des élections transparentes pour que nous sortions de cette situation d’exception », a déclaré le responsable politique. Interrogé sur la peine prononcée contre lui, le président de l’ACRT a déclaré « laisser le peuple apprécier cette sentence du tribunal ».

Il n’a ni tenu un propos déplacé ni clashé quelqu’un. Est-ce à dire que l’homme s’est fait une nouvelle vision après son passage à la MCA ou simplement une réserve du sursis qui pèse toujours sur lui ? L’avenir nous le dira.

Bourama Keïta 

Source: LE COMBAT

 

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: l’armée annonce avoir “neutralisé” plus de 60 jihadistes

Coopération Mali-Maroc : L’Ambassadeur Driss Isbayene poursuit ses prises de contact

Décryptage : Qui est responsable ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct