Inflexibilité tous azimuts sur le délai de la Transition

Difficilement les autorités de la Transition malienne auront d’alliés pour une éventuelle tentative de prorogation. Alors que les choses peinent à bouger de façon rassurante, toutes les parties y compris les les arbitres internationaux affichent une commune position sur la question : pas question d’ajouter un jour de plus aux dix-huit mois consignés dans la charte et entérinés par la Cedeao.

Une délégation de cette organisation sous-régionale se trouve d’ailleurs dans nos murs depuis vendredi, dans le cadre d’une mission d’évaluation des missions et tâches assignées à la Transition. De source digne de foi, aucune flexibilité ne semble se dessiner du côté des différentes composantes de cette délégation qui, après les autorités exécutive et législative, prendra la langue avec les différentes tendances politiques sur la question. Or la même classe politique s’était à l’unanimité prononcée avec une position similaire lors de la récente rencontre de haut niveau avec le chef du Gouvernement Moctar Ouane. La question est de savoir toutefois l’alternative explorable devant l’impossibilité d’achever les missions de la Transition dans les délais.

Rassemblées par la Rédaction

Source: Journal Le Témoin- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Effet transition Dioncounda sur le CNSP: Nominations en cascade des officiers dans les ambassades

Les raisons de l’enlèvement de Soumaila Cissé pendant la campagne législative de 2020

La CMA « exige la diligence d’une enquête indépendante et transparente » sur l’assassinat de son président

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct