Interview de quelques participants

Adama Diarra dit Ben le Cerveau du Yéréwolo Début sur les Remparts

 

« Nous ne sommes pas en guerre avec tout le monde. Nous voulons montrer au monde entier que nous sommes derrière notre armée. La jeunesse malienne est déterminée à prendre les armes pour libérer la patrie. Ils ont fait l’embargo sur le Mali pour pousser le peuple malien à se révolter contre les autorités de la Transition. Ils ont ignoré que nous sommes l’un des rares peuples qui sait transformer les difficultés en opportunités. C’est ça, le peuple malien ».

Aboubacar Sidiki Fomba du CNT

« Nous allons valoriser nos langues, créer notre propre monnaie qui sera garantie par les Maliens. Nous avons chassé l’armée française, fermé l’ambassade de la France. Ça reste de lui renvoyer sa monnaie pour redonner au Mali sa souveraineté. La France doit être poursuivie pour génocide au Mali ».

Jeamille Bittar, leader politique

« Nous voulons encore faire renaitre l’espoir, l’espoir de la victoire, la victoire finale. Et cette victoire finale, nous voulons dire aux Maliens et à la Communauté internationale que nous sommes résolus de mourir pour cette nation. Nous portons non seulement le Mali dans nos cœurs, mais aujourd’hui nous avons décidé au-delà de soutien, d’être nous-mêmes des FAMA »

Sékou Tounkara, politologue

 

« Aujourd’hui les Maliens sont sortis. Ce n’est pas parce qu’ils sont contre la France, c’est parce qu’ils sont contre la présence des militaires français au Mali. Aucun Français n’a été agressé au Mali. La France est venue créer deux États au Mali : l’État du Mali et l’État de l’Azawad. Elle voulait créer trois États : le Nord, le Centre et le Sud. Ce sont les médias français et européens qui ont dévoilé ce secret. »

Propos recueillis par Falaye Sissoko

Source : Canard Déchaine

Vous allez aimer lire ces articles

Chronogramme des réformes politiques et institutionnelles : Diarrassouba appelle Dioïla à soutenir sans réserve la transition

Le Président promulgue la loi électorale adoptée par le CNT: Choguel Kokalla Maïga sur la dernière ligne droite ?

Nouhoum Sarr: «Le PAG était périmé et mathématiquement, le bilan, c’est 3 sur 10 »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct