Selon le président du Pôle politique du consensus (PPC), Jeamille Bittar, l’accord militaire de défense entre le Mali et la France a montré ses limites dans la lutte contre le terrorisme au Mali. Le PPC invite le gouvernement à tisser de nouveaux accords militaires avec d’autres puissances pour sortir le pays de la crise qui n’a que trop duré.

Face à la recrudescence des violences dans le Centre de notre pays, les leaders du Pôle politique du consensus (PPC) étaient face à la presse, le mercredi dernier au siège de la coalition qui regroupe une vingtaine de partis politiques.

Après avoir fait la genèse des nombreuses actions positives du président de la République dans le cadre de la refondation de l’armée malienne, le président du PPC, Jeamille Bittar a déploré la pléthore d’assistance au Mali et surtout la diversité des acteurs dans la résolution de notre crise.

“La violence est devenue notre quotidien. Les auteurs des attaques ne sont pas sûrement des Maliens. Ces attaques se déroulent en présence d’une assistance pléthorique. Je pense que le mandat de la Minusma est faible et le Mali n’a pas besoin de ça aujourd’hui. Dans la résolution de la crise, il y a plusieurs acteurs et cela complique les choses”, analysera le président du PPC.

Et au PPC de réclamer la relecture de l’accord militaire entre le Mali et la France. “L’accord militaire de défense signé entre le Mali et la France est caduc. Tous les accords doivent être remis en cause. Il faut revoir les termes de cet accord pour le réadapter à la situation du moment”.

A défaut de cette relecture, le PPC invite le gouvernement à tisser de nouveaux accords avec d’autres puissances militaires, notamment la Russie, les Etats-Unis et l’Allemagne. Concernant le choix du pays en question, le président du PPC n’a pas voulu préciser une puissance. Par contre, il a déclaré que le choix revient au peuple malien et aux autorités…Lire la suite sur Aumali

  1. Y.Doumbia

Source: L’ Indicateur renouveau