Le ministre de la justice et des droits de l’homme à la cour d’appel de Bamako : S’imprégner des conditions de travail et pallier les difficultés

Le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux .M. Mohamed Sidda Dicko accompagné d’une forte délégation composée des membres de son cabinet etait à la Cour d’Appel de Bamako le vendredi 7 mai 2021. À travers cette visite, il s’agissait pour le ministre de s’imprégner des conditions de travail du personnel.

 

Accueilli à son arrivée par le Premier Président de la Cour, M. Hamadoun Souleymane, le Procureur General Idrissa Arizo Maiga, le ministre a tout d’abord fait une visite des locaux pour constater l’état de santé du bâtiment et des matériels de travail disponibles dans les différents bureaux.
La délégation ministérielle et le personnel de la Cour d’Appel se sont ensuite retrouvés dans la salle d’audience pour des échanges directs sans réserves sur toutes les difficultés auxquelles est confronté le service.
Le ministre Dicko a indiqué lors de cette rencontre la necessité pour chaque chef de Service de jouer son rôle pour la bonne marche du service public.”Nous , notre rôle en tant que Ministère, c’est de vous donner les moyens pour améliorer le service’’ a declaré le ministre.
C’est dans cette dynamique que le Chef du Département de la Justice à invité le personnel de la Cour d’Appel de Bamako à faire part de toutes leurs préoccupations. Des souhaits énumérés, le ministre a noté l’amélioration des conditions de travail à travers notamment, la construction prochaine de nouveaux bureaux pour les Conseillers.
Dans le même contexte, le Greffier en chef de la Cour a évoqué la nécessité d’avoir un lieu de stockage pour les 3000 dossiers que le service reçoit chaque année. Il a été également exprimé au cours des échanges avec le ministre, le besoin d’avoir un magasin pour garder les matériels placés sous scellé.
À toutes les préoccupations évoquées comme celle portant notamment, sur la formation des acteurs de la justice, chose à laquelle, le Ministre accorde une importance particulière, des solutions ont été proposées. ”Chaque fois qu’un besoin est exprimé ,nous nous attelons à le satisfaire en fonction de la disponibilité des ressources ”à expliqué sur ce point le représentant de la Direction Nationale de l’Administration de la Justice (DNAJ). L’Institut National de Formation Judiciaire(INFJ) représenté par son Directeur à cette rencontre a également bondé dans le même sens. Toubaye Koné a en effet fait savoir que des programmes de formation sont élaborés et concernant le cas spécifique de renforcement des capacités des magistrats dans le domaine de l’informatique, dont le besoin a été exprimé, il est prévu des sessions de formation pour résoudre le problème.
Le ministre de la Justice a en tout cas donné des instructions pour que toutes les conditions soient réunies aux fins de permettre à l’administration de la justice de faire bien son travail.
Le ministre a toutefois insisté sur le fait que l’un des meilleurs outils de travail demeure le bon comportement de tout un chacun. Il a aussi fait savoir que la Communication doit occuper une place dans le plan de travail des institutions judiciaires du moment qu’elles sont des services publics. Il s’agit à travers cet aspect de ”dire ce que vous faites ”a déclaré le ministre Dicko.

Source : Ministère de la Justice du Mali

Vous allez aimer lire ces articles

GOUVERNEMENT : Les durs à cuire de l’équipe Choguel

​Mali : le Premier ministre Maïga rend visite à la chefferie de Bamako

Sommet CEDEAO : les dirigeants font le point sur le Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct