Le torchon brûle déjà entre IBK et Sanogo avant même sa prise de fonction

Les choses ne s’annoncent pas faciles entre le nouveau locataire de Koulouba et le chef des ex-putschistes, Amadou Haya Sanogo, nommé général d’armée 4 étoiles par le conseil de ministre du mercredi 14 août 2013. Alors que son investiture est prévue le 4 septembre prochain, le nouveau président Ibrahim Boubacar Kéita est déjà à couteaux tirés avec le général Sanogo.Ibrahim Boubacar Keita president elu mali rpm

Tout est parti de la volonté des opérateurs économiques de Ségou de fêter la promotion en général 4 étoiles de l’ex-capitaine Amadou Haya Sanogo. Ces opérateurs économiques conduits par Bréhima Doucouré qui serait vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Ségou entendent fêter leur idole le samedi prochain dans la capitale des Balazans. Sanogo n’aurait pas vu de mal en cela.

Lui qui s’est beaucoup réjoui et s’est beaucoup amusé lors la fête organisée par ses camarades d’armes de Kati il y a de cela deux jours par rapport à cette même promotion, du reste controversée puisque décriée par les organisations de défense de droits de l’homme  dont Human Rights Watch. Sauf qu’à Ségou, les fans du nouveau général en l’occurrence les opérateurs économiques ci-dessus cités sont en train de demander des aides avec les services publics. Ils sont en quelque sorte en train de racketter les chefs de services étatiques à Ségou comme si l’évènement avait un caractère national ou obligatoire.

Le nouveau président du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, ayant eu vent de cette nouvelle n’aurait pas apprécié le fait ni dans sa forme ni dans son contenu. IBK n’aurait pas apprécié le fait que cette promotion soit en train d’être célébrée à travers le Mali. Pour lui, cela ne donne pas une bonne image de notre pays à l’étranger. Deuxièmement, le nouvel homme fort du Mali n’aurait pas apprécié que ça soit des opérateurs économiques qui s’y mêlent d’autant plus qu’ils peuvent s’attendre à un retour de l’ascenseur un jour.

En clair, IBK s’inquiète du fait que ces opérateurs économiques pourraient penser que cela peut leur donner droit à des marchés publics au cours de son mandat. Ce qui ne sera jamais le cas. Ce qui irrite davantage le futur prince, c’est que ces opérateurs économiques sont en train de racketter les services publics à Ségou dans la perspective de leur fête le samedi prochain.

Face à cette situation, du reste scandaleuse, IBK aurait formellement demandé à Sanogo de se démarquer de ces fêtards dont l’acte ne contribue pas à grandir le Mali aux yeux de la communauté internationale. Sanogo n’a rien fait dans ce sens et lesdits opérateurs économiques continuent avec leur sale boulot. Toutes choses qui ont naturellement fâché IBK.

C’est dire qu’entre les deux hommes, le torchon brûle et IBK sait que les choses ne vont pas être faciles avec le général putschiste. Certes, ce dernier a récemment lancé un appel à tous ses camarades d’armes, leur demandant de se soumettre entièrement au nouveau régime d’Ibrahim Boubacar Kéita, mais lui-même se sent-il concerné par ce mot d’ordre ? IBK disait aussi qu’avec lui il n’y aura pas deux capitaines dans le bateau-Mali, mais si les choses doivent commencer comme ça, il faut craindre qu’il y ait plusieurs généraux au gouvernail !

Abdoulaye Diakité

Source: malijet

Vous allez aimer lire ces articles

La Belgique envisage de réexaminer son engagement au Mali (MAE)

Accusation des provocations: le ministre MAIGA recadre PARLY

Mali : Face à une junte hostile, le gouvernement français veut reconfigurer son dispositif militaire

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct