Législatives 2013 en Commune V : «Si nous gagnons, nous allons faire autrement la fonction de député» Adama Sall candidat (CODEM) en Commune V.

assemblee nationale mali1

Le natif de Djiré qui, qualifie cette alliance avec le RPDM de cœur et de raison, s’est confié à votre journal dans cette interview. Lire en exclusivité.

Ciwara Infos : Quelles sont les raisons qui ont motivé votre candidature aux législatives prochaines?

Adama Sall : Ma candidature est une réponse à un appel des populations de Sabalibougou, de Kalaban Coura, de Daoudabougou et des autres quartiers de la Commune V. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs. Ces populations ont voulu que je présente ma candidature depuis les législatives passées. Je ne pouvais pas le faire à l’époque au regard de mes activités. Mais cette fois, je ne pourrai pas refuser parce qu’elles insistent.

 

Vous êtes candidat (CODEM) et vous partez en alliance avec le RPDM. Quelles en sont les raisons?

A D : En nouant des alliances à l’image de tous les autres politiques on a eu de sérieux problèmes parce que ce sont des alliances dont la plupart ont été scellées à la dernière minute. Avec le RPDM, c’est une alliance que nous avons souhaitée parce que ce parti à l’image de la CODEM est un peu nouveau sur l’échiquier politique. Excusez-moi du terme, ce sont des partis qui n’ont pas eu à gérer les affaires du pays par le passé.

 

Autrement dit, ils ne sont trempés en rien. Cela constitue déjà un point fort à l’actif de ce parti. Au delà, le candidat du RPDM est un intime ami que je connais il y a très longtemps et avec lequel j’ai passé une grande partie de ma jeunesse. Je pense aussi que plus on se connait, plus on peut faire chemin ensemble. Au vu du résultat obtenu en Commune V par le RPDM je pense qu’on peut nouer l’alliance avec ce parti.

 

Si vous emportez quelles seront vos priorités?

A D : Si nous gagnons, nous remplir autrement la fonction de député. Nous allons mieux orienter et mieux contrôler l’action gouvernementale tout en votant objectivement les projets de loi dans l’intérêt de la population. Au delà, on dit souvent que le député ne s’occupe pas du développement. Je trouve cela contraire parce l’élu de la Nation est à un poste stratégique où il peut lancer des appels et faire des interpellations par rapport à des sujets de développement.

 

Quand vous prenez des quartiers comme Sabalibougou, c’est un coin dans lequel il y a un manque criard d’eau. Or le minimum qu’on peut avoir c’est l’eau qui est source de vie. Si on n’en n’a pas comment peut-on vivre? Quand on prend Daoudabougou, c’est un quartier envahi par les ordures. En tant que député on peut interpeller le ministre en charge de ces domaines et lui demander d’y trouver une solution.

 

À ceux-ci s’ajoutent d’autres problèmes de développement auxquels nos quartiers sont confrontés. Il faut attirer l’attention des décideurs sur cela. Donc contrairement à ce qu’on est en train de mettre dans la tête des gens, le député peut bien s’occuper du développement de sa circonscription. Il peut le booster. Et pour moi l’hémicycle est le lieu le mieux indiqué pour prendre les préoccupations des populations en charge.

 

En dehors de ma coloration politique, je suis également actif dans les mouvements notamment les associations de personnes handicapées. Quand je serais à l’hémicycle je me ferais aussi le devoir de plaidoyer la cause des handicapés dans le cadre de l’amélioration de leur condition de vie.

 

Quel appel avez-vous à l’adresse de vos militants?

AD : Je dis à mes militants : vous avez eu confiance en moi en demandant ma candidature. Alors facilitez moi la tâche, donnez moi les moyens d’aller à l’Assemblée nationale pour défendre votre cause en sortant massivement pour voter en ma faveur. Quand nous y serons, nous ne ménagerons aucun effort physique ou intellectuel pour qu’on puisse atteindre les objectifs pour lesquels nous avons été élus. Je demande donc aux populations de sortir pour voter les couleurs (CODEM-RPDM) afin qu’il ait un renouveau en Commune V. Je vous remercie !

 

Propos recueillis par Le Guide

Adama Sall sur le terrain politique

Un exemple à s’inspirer

Né le 25 octobre 1966 à Djiré, Adama Sall est diplômé maitrisard en Economie et Gestion de l’Ecole nationale d’administration (ENA). Professeur d’enseignement technique et professionnel, il a été successivement Directeur administratif et Financier (DAF) au ministère de l’industrie et du commerce et au ministère de l’élevage et de la pêche.

 

Membre actif de plusieurs associations de personnes handicapées, Adama Sall, est depuis le 16 Février 2009 chargé de l’administration des finances et de la comptabilité au projet de développement de l’élevage dans la région du Liptako Gourma. C’est donc riche de ces expériences acquises au cours de nombreuses fonctions qu’il a rencontré dans sa vie des jeunes cadres.

 

Adama Sall se lance désormais à l’appel de ses militants dans la course aux législatives de novembre prochain en Commune V sur une liste commune CODEM-RPDM. Celle-ci est composée de Mme Bamba Assitan Traoré (CODEM) et opératrice économique et de Adama Touré (RPDM) également opérateur économique.

 

 

Source: Ciwara Info

Vous allez aimer lire ces articles

Processus de Transition au Mali : Les recommandations de l’Observatoire

Moussa Mara à propos des événements de mai 2014 à Kidal : «La France n’a pas bougé et a même accusé l’armée malienne d’être à l’origine des tirs»

Le Premier ministre est arrivé, ce matin à Abu Dhabi ( Émirats Arabes Unis).

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct