Alors que la probabilité de tenir les législatives à date prévue est toujours mince compte-tenu des obstacles, les potentiels candidats semblent déjà entrer en campagne.

 

Les élections législatives, après deux prorogations du mandat des députés, sont prévues courant 2020. Quelques mois avant cette date incertaine pour la tenue de cette échéance électorale, les potentiels candidats commencent à appâter leurs cibles, les électeurs. Ils sont nombreux, ceux qui ont déjà entamé la campagne pour leur réélection.

Le président de l’Assemblée nationale, Issaka Sidibé, élu RPM à Koulikoro

Même s’il n’est pas le seul député de Koulikoro, le président de l’AN, se présente comme auteur de tous les bonheurs qui arrivent à Koulikoro. En plus des multiples dons (vivres et médicaments) qu’il offre ces derniers temps. Il laisse croire que c’est lui qui a incité les autorités pour la réalisation de certaines infrastructures dans la région : la construction du 2e commissariat de police de la ville, la reconstruction de la route nationale N° 7 en deux fois deux voies, du pont de Kayo…

Pour garder l’électorat de Koulikoro pour les législatives à venir, le président de l’AN ne rate aucune occasion pour informer les populations du Méguetan de son engagement pour le développement de la Cité. Il va jusqu’à s’attribuer le projet de délocalisation du camp de Koulikoro qui sépare les deux quartiers de Koulikoro (Koulikoroba et Koulikorokoura). Loin, l’homme politique va jusqu’à promettre de défendre la construction d’un aéroport international à Koulikoro.

Mahamadou Diarassouba, élu RPM à Dioïla

Ce dernier n’a jamais cessé de battre campagne malgré le report des législatives. Pour marquer son électorat, il se lance dans plusieurs projets de développement socio-économique : construction des mosquées et des dons diversifiés dans le cercle de Dioïla. L’homme, de par sa position politique se fait paraitre comme la locomotive qui tire toutes les bonnes initiatives qui arrivent dans sa circonscription électorale. Il se prend comme le chef d’orchestre de la régionalisation de Dioila. Pour mieux convaincre sur ce fait, l’honorable se permet à chaque fois d’annoncer, en amont, les nominations dans ce sens. Ce fut le cas du gouverneur et du directeur régional de la police de la région de Dioïla.

Moussa Timbiné, président des UJ/RPM

En commune V, Moussa Timbiné, l’un des barons du parti au pouvoir et président d’un mouvement électoral dénommé « Mouvement patriotique An Ka Ben ». On se rappelle encore des efforts de ce mouvement lors de l’élection du président de la République en 2018. En plus de cela, Timbiné est l’un des politiques les plus disponibles pour les jeunes et les femmes de la comme V. Il les accroche à travers leur nomination dans les différents cabinets ministériels.

Moussa Diarra, député RPM élu en commune IV

Le député de la Commune IV, Moussa Diarra, s’est beaucoup fait remarquer ces derniers temps. Il s’est rebellé depuis qu’il n’a pas été reconduit sur la liste des candidats du parti au pouvoir RPM, pour les législatives avortées. Il est devenu un vrai populiste qui ne rate aucune occasion pour se faire entendre. Diarra fait tout pour gagner l’estime et la confiance des populations. Il était parmi les premiers à demander le départ de l’ancien PM Boubèye Maiga de la tête du gouvernement. Ses critiques vis-à-vis de la France à travers une lettre ouverte adressée au président de la République de France, Emmanuel Macron, et sa réaction contre le gouvernement dans la gestion de la crise au centre, en sont les illustrations parfaites. Toutes ces actions sont engagées pour pouvoir retrouver son siège à l’hémicycle.

A Ségou, Abdine Koumaré, Abdoul Jalil Haidara sont en plein campagne pour se maintenir à l’hémicycle. Les colistiers de législatives dernières, devenus des rivaux par la force des choses, sont aujourd’hui à la conquête des personnes influents dans le cercle de Ségou, pour se maintenir à l’Assemblée nationale.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau