Le Président des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE), Modibo Sidibé, était en visite le 14 mars dernier au siège de l’ADEMA-PASJ où il a été reçu par Tiémoko Sangaré en présence de plusieurs membres du comité exécutif. 

 

Les échanges entre les deux délégations ont duré plus d’une heure et demi.  Le président des FARE était venu partager avec les responsables de la ruche ses propositions de sortie de crise. Selon Modibo Sidibé, il faut analyser de façon approfondie avec les Maliens les questions de réformes structurelles, politiques et institutionnelles indispensables. Il s’agit, dit-il, de faire en sorte que le schéma politique institutionnel soit approprié par les populations. « Dans chaque institution, on aura des hommes  et des femmes qui porteront en eux-mêmes le rempart de la sécurité de ces institutions et si leur rempart flanche, ils auront devant eux le rempart des citoyens. C’est ça  qui rendra nos institutions fortes », a-t-il souligné.

A en croire l’ancien Premier ministre, « l’Etat a un déficit de légitimité…L’Etat est devenu un problème dans les prises de décisions. Je crois que l’Etat doit être une solution et pour l’être, il doit être légitimé. C’est une question fondamentale qu’il faut comprendre ». Modibo Sidibé plaide pour la tenue d’un dialogue politique refondateur afin de permettre aux forces politiques et sociales de discuter et de se mettre d’accord sur un diagnostic dans le cadre d’un processus endogène. Après l’ADEMA-PASJ, Modibo Sidibé s’est rendu respectivement les 15 et 16 mars aux sièges de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes et Evangéliques et du CNID Faso Yiriwa-Ton.

Moussa Diarra

Le Challenger