Depuis sa lettre de démission de l’armée au président IBK, le vendredi dernier, le général Moussa Sinko Coulibaly ne cesse d’occuper le devant de l’actualité nationale, à travers des interviews accordées à des médias de la place. Le général, non moins ancien ministre de l’Administration territoriale, dit nourrir l’ambition d’éviter « le pire au pays ».

Les raisons d’une démission !

Selon le Général démissionnaire, son choix est lié à son ambition de contribuer autrement à trouver des solutions aux défis politiques, économiques, éducatifs, culturels et sociaux auxquels Mali est confronté.
«Ma démission est motivée par mon souci de pouvoir contribuer à trouver des solutions aux différents défis auxquels le Mali fait face. Actuellement, je m’occupe essentiellement des questions de sécurité, de gouvernance et de paix. Avec mon expérience au ministère de l’Administration du territoire, je pourrais aussi contribuer aux questions électorales et aux associations des partis politiques. Je ne veux pas être limité par les impératifs militaires et c’est pour cela que j’ai posé ma démission.», a confié l’ancien ministre au confrère de la VOA.
Celui qui a été ministre de l’Administration territoriale pendant la Transition jusqu’en 2014 assure, sera-t-il candidat en 2018 ? Rien n’est moins sûr, même s’il assure ne pas être définitivement encore fixé, son ambition présidentielle en 2018 ne fait pas l’objet de doute. Du moins, à la lumière se ses propos. Selon ses propos, Moussa Sinko Coulibaly a démission de l’armée pour empêcher le président IBK d’avoir un second mandat. « Nous avons déjà entrepris des démarches pour réunir l’ensemble du peuple malien autour d’un seul idéal : le Mali », explique-t-il.
Selon le général démissionnaire, le bilan d’IBK est « nul » et le pays marche directement vers le chaos, voire sa disparition. « Étant dans l’armée, mon champ d’intervention pour le Mali était un peu limité, c’est pourquoi j’ai décidé de démissionner la semaine dernière pour servir le pays autrement », rappelle-t-il. Et d’ajouter : « j’ai démissionné pour le Mali et mes compétences militaires seront toujours disponibles pour ce pays qui m’a tout donné ».
L’ancien ministre de l’Administration territoriale est convaincu de la nécessité de porter un autre homme à Koulouba en 2018 pour éviter « le pire au pays ». « Rien ne fonctionne actuellement. IBK n’a même pas de bilan à présenter. En tant que cadre, nous ne devons pas rester dans nos bureaux et décrier cette situation sans rien faire. En toute responsabilité j’ai donc décidé de quitter l’Armée. L’objectif c’est de réunir l’ensemble des forces vives de la nation. Ne rien faire est lâche ou complice. Moi, je ne voulais pas être les deux, j’ai donc décidé de quitter l’Armée malgré les avantages que j’avais ».
Moussa Sinko Coulibaly, dans son interview, précise qu’il est avec tous les ‘’Maliens aujourd’hui qui pensent que nous devons donner un nouvel élan à la démocratie malienne et que nous devons changer la gouvernance. Il y a des échéances et des rendez-vous qui pointent à l’horizon. C’est une belle opportunité pour essayer de changer l’histoire de notre pays’’.

Par Sidi Dao

info-matin