Piques du PM malien contre Bazoum à la tribune de l’ONU : Un député nigérien réclame le rappel de l’ambassadeur du Niger au Mali

A l’instar du secrétaire général des Nations unies ainsi que d’autres chefs d’Etat africains, le président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, n’a pas été épargné par les flèches du porte-parole du Mali à la tribune de la 77e Assemblée générale de l’ONU, le Premier ministre par intérim, colonel Abdoulaye Maïga. Même s’il n’y a pas eu jusque-là de réactions officielles du côté du gouvernement nigérien, le député, vice-président de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, Mahmoud Saghdoun, a, lui, manifesté son désaccord dans un média local.

« Nous demandons le rappel de notre ambassadeur au Mali ainsi que la rupture des relations diplomatiques jusqu’à ce que ces soldats reviennent sur le chemin droit et présentent officiellement leurs excuses au Président de République et au Peuple nigérien », a indiqué au cours d’un entretien avec un média local l’honorable Mahmoud Saghdoun, député et vice-président de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale du Niger. Le député estime que ces propos tenus par le Premier ministre par intérim du Mali, le col. Abdoulaye Maïga, contre le président Bazoum, lors de son allocution à la 77e assemblée générale des Nations unies, est une offense contre le Niger. En effet, le colonel Abdoulaye Maïga a traité le président Bazoum d’un « étranger qui se réclame du Niger ». Il faut rappeler que depuis le coup d’Etat au Mali en 2020, plus précisément à partir de la rectification de la transition en 2021, le président Bazoum, en plus de jouer en faveur de l’adoption des sanctions contre le Mali, ne cesse de multiplier des critiques sévères contre ce pays voisin du Niger. Donc, pour le Premier ministre par intérim, « le Gouvernement de la Transition n’a pour le moment jamais réagi à ses propos injurieux pour deux raisons cumulatives ». La première raison tient, dit-il, au respect de l’héritage laissé par nos ancêtres, qui consiste à ne pas répondre aux injures par des injures. La seconde raison relève de l’identité de M. Bazoum, l’étranger qui se réclame du Niger, a-t-il indiqué, tout en reconnaissant la grandeur du citoyen nigérien. « Nous savons que le peuple nigérien frère du Mali se distingue par des valeurs sociétales, culturelles et religieuses très riches. M. Bazoum n’est pas un Nigérien, son comportement nous réconforte totalement dans notre constat », a-t-il indiqué.  Cette situation intervient pendant que le Mali oppose également un bras de fer solide avec la Côte d’Ivoire autour des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali.

Issa Djiguiba

Source: LE PAYS

Vous allez aimer lire ces articles

Primature : Le Premier ministre a accepté la demande de son Directeur de cabinet » d’être libéré de [ses] fonctions «

Primature : Revoici donc Choguel n°2 !

Le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Abdoulaye DIOP, a reçu en audience l’Ambassadeur de la Fédération de Russie, Son Excellence Monsieur Igor GROMYKO

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct