RESTRICTION DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SOUS LA TRANSITION: VA-T-ON VERS UN ÉTAT POLICIER EN VIOLATION DES TEXTES ?

Pourquoi suffit- il  qu’un militaire soit au pouvoir pour que la liberté d’expression soit sérieusement menacée ? Cela constitue une réalité sur le continent africain. Le Président de la Transition, Chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goïta ne fait pas exception à cette règle. C’est ce qui pousse à poser la question suivante : « Va-t-on vers un Etat policier en violation des textes au Mali ? »

Comme aiment à le dire les acteurs de l’avènement de la démocratie dans notre pays : « La liberté d’expression a été chèrement acquise au bout d’une lutte réprimée à feu et à sang ».

Toutes les organisations tiennent au respect strict de cette liberté chèrement acquise par le peuple malien. Malheureusement, les autorités en charge de la Transition veulent maintenir les leaders d’opinion dans un carcan qui ne dit pas son nom. Il suffit de prendre position, pour devenir une cible privilégiée. Les cas du porte-parole du (…)

TOUGOUNA A. TRAORE

Source: NOUVEL HORIZON

Vous allez aimer lire ces articles

Chronogramme électoral : Les partis politiques et les Organisations de la Société civile reçus par le ministre Maïga

Sommet de la CEDEAO ce 3 juillet à Accra : Le CNT impatient de sortir de l’isolement

Tribune : La Transition a une “obligation de résultat”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct