Tentative de concession des Aéroports du Mali: le premier ministre Choguel interpellé

Aujourd’hui M le premier ministre nous venons vous parler d’une affaire dont sûrement la plupart l’ont déjà vu ou entendu. En effet, la mise en concession des Aéroports du Mali défraie la chronique depuis la publication sur les réseaux sociaux d’un avis de réunion signé par le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Bengaly N’Ko Traoré, invitant les représentants de certaines structures à y participer. 

«il s’agissait d’examiner l’ouverture des offres financières des soumissionnaires dans le cadre de la mise en concession de l’Aéroport international Président Modibo Kéïta». Cette offre plaît à qui ?
A des entreprises étrangères qui ont auront pour mission de faire de l’Aéroport Modibo Kéïta une plateforme moderne de niveau international. Selon une source proche du dossier, «il ne s’agit pas d’une vente mais d’une mise en concession comme cela se fait habituellement ».
Comme vous le savez tous, cette réunion s’est passée en 2020.

Qui était ministre des finances à cette période ? Boubou Cissé. Comment peut-on avoir l’idée de vendre un aéroport qui porte le nom du père fondateur du Mali  Modibo Keita?

Décidément ce Boubou Cissé serait dans toutes les affaires qui ne profitent en rien au Mali.
Après plus de 60 ans d’indépendance, ce pays ,mon pays ne peut même pas gérer son propre aéroport ! Qu’on se pose la question : Sommes-nous capables de nous autogérer ? Quelle indignité.Parmi les réactions virulentes et d’indignations, celles de Assane Sidibé, député Yelema en commune IV de Bamako, sur son compte Facebook.« Tentative de vente des Aéroports du Mali », a-t-il averti. Avant d’interroger : « A qui profite le crime ?

En tout cas, pas au MALI qui va perdre sa souveraineté sur ce lieu sensible et stratégique », prévient l’ancien maire de la Commune IV, colistier de Moussa Mara.

Ce joyau au nom du père fondateur ne doit ne pas être brader comme l’huicoma et autres entreprises d’état au nom de la souveraineté économique du Mali comme vous le soulignez dans vos propres
Nous vous demandons sincèrement de tout faire pour que ce joyau soit pas vendu M le premier ministre

Source : Le Crédo

Vous allez aimer lire ces articles

Assises nationales : Ce sera sans le Parena

Transition : Se dirige-t-on vers une prorogation ?

Les humeurs de Facoh : Le refus de la mort de l’élite politique

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct