Covid-19 : « Une assistance technique et financière doit être mise en place sans délai pour renforcer les capacités hospitalières en Afrique »

Un collectif de personnalités, parmi lesquelles la philosophe Cynthia Fleury et l’économiste Thomas Piketty, plaide, dans une tribune au « Monde », pour que l’Afrique, qui fait face à une potentielle crise majeure, ait accès en urgence aux dernières innovations thérapeutiques contre la pandémie, notamment aux vaccins.

Tribune. Bien qu’il soit plutôt difficile de généraliser compte tenu de la diversité des contextes sur le continent africain, comparativement aux pays d’Europe de l’Ouest, aux Etats-Unis ou au Brésil, une grande partie des Etats africains a été plutôt épargnée par le Covid-19 lors des précédentes vagues de l’épidémie, à l’exception de l’Afrique du Sud et du Nigeria. Les raisons qui peuvent expliquer que certains pays aient plus rapidement réagi que d’autres ? Leur relative bonne préparation face aux pandémies (Ebola, tuberculose, sida…), comparés aux pays d’Europe de l’Ouest, doublée d’une grande réactivité dans les mesures prises. Cependant, depuis décembre, l’épidémie semble hors de contrôle dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. Au Nigeria, fin décembre 2020, le nombre de cas s’élevait à 92 000, 54 000 au Ghana, 7 000 au Mali, et ces chiffres sont probablement bien en deçà de la réalité, les capacités en dépistage étant particulièrement limitées.

Dans les pays d’Europe de l’Ouest, pourtant dotés de systèmes de santé très performants, seuls des confinements stricts ont permis aux systèmes de santé de faire diminuer le taux de reproduction du virus pour permettre d’éviter l’implosion des systèmes de santé ; et même avec ces mesures drastiques, les systèmes de santé ont souvent été dépassés et des tris de patients ont parfois été nécessaires. Des patients touchés par d’autres pathologies ont quant à eux été pris en charge avec beaucoup de retard, faisant exploser les pertes de chance.

Lire aussi Covid-19 : l’Afrique s’arme contre la seconde vague

Les pays d’Afrique à bas revenus comptent parmi les systèmes de santé les plus fragiles et les plus pauvres au monde. Dès lors, à un taux de reproduction du virus dans certains de ces pays similaire à celui connu en Europe au pic des deux premières vagues, les conséquences pourraient être absolument dramatiques, dans la mesure où les services de réanimation sont immédiatement saturés par à peine quelques malades.

« Bien commun »

Ainsi, en dépit d’une première vague globalement plutôt bien contenue, de nombreux Etats africains se trouvent aujourd’hui face à une potentielle crise majeure : devoir tenter de contenir cette nouvelle vague, avec des infrastructures hospitalières et des services de réanimation fragiles et sous-dotés en moyens humains, en lits et en équipements. Fin décembre 2020, des témoignages recueillis à l’hôpital du Mali, à Bamako, montraient par exemple que les services de réanimation se trouvaient dans une situation catastrophique, et ce alors que le pic de la vague au Mali n’a pas encore été atteint.

Source: lemonde

Vous allez aimer lire ces articles

Baba Kassogué, président de l’association de la Cathema : “Nous avons dénoncé Rokia Sanogo devant le ministre de la Santé car elle est à la base de la destruction de la médecine traditionnelle au Mali”

Accès des enfants à l’éducation en période de COVID-19 : Le niveau de vie des parents détermine le niveau de sécurité des enfants

COVID-19 : Les Bamakois réticents aux nouvelles restrictions

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct