Grippe aviaire : Le Sénégal contaminé, le Mali en alerte

La grippe aviaire a fait sa brusque apparition au Sénégal. Cette maladie meurtrière pour la volaille que pour l’homme est une autre pandémie qui frappe à nos portes.

En début de la semaine dernière, les autorités sanitaires sénégalaises ont signalé l’apparition du premier cas de grippe aviaire sur leur territoire. Cette maladie de son nom scientifique H5N8 cible principalement toutes sortes de volailles particulièrement les canards, poulets, etc. et peut décimer des milliers de tête de volailles en un temps record. La seule solution et d’abattre les oiseaux atteints et mettre en place des mesures barrières.

Cette grippe a les mêmes symptômes que la grippe  normale chez l’homme avec des manifestations  de toux, de la fièvre et s’avère contagieuse avec un risque de mortalité élevé chez l’être humain. Ce qui la fait aussi craindre que la Covid-19 à cause des risques d’hécatombe, si les mesures d’urgence et précautions sanitaires d’urgence ne sont pas prises à temps.

Les pays voisins du Sénégal sont sur leur garde pour éviter que le virus ne franchisse leurs frontières. Pour le moment, à part le Sénégal, aucun autre pays de la sous-région ni de l’Afrique du nord ou du Maghreb n’ont enregistré de cas sur leurs soles. Par contre la France a enregistré quelques foyers depuis le 11 janvier.

Au Mali, le gouvernement de transition a pris des mesures visant à faire face à la situation. Le conseil des ministres de mercredi dernier a pris ces mesures sur la base d’une communication du ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche concernant l’apparition de cette maladie au Sénégal.

Les dispositions prises par le conseil des ministres sont de trois ordres. Il s’agit principalement de la suspension temporaire de la délivrance des autorisations d’importation de volaille et de produits avicoles en provenance du Sénégal ; la redynamisation des comités  régionaux et locaux de veille et de riposte contre la grippe aviaire et le renforcement des contrôles au niveau des postes vétérinaires, frontaliers, des foires et des marchés à volaille et au niveau des exploitations agricoles.

Ce dispositif bien que salutaire doit être un adjuvant pour chaque citoyen de veiller sur sa propre sécurité sanitaire. Eviter surtout de consommer de la volaille et produits avicoles bon marché et qui rentrent n’importe comment dans notre pays.

 

Abdrahamane Dicko

Source: Mali Tribune

Vous allez aimer lire ces articles

Bébés nonuplés : les éclairages du Pr Augustin Tionkani Théra

Canicule : portez une attention particulière aux enfants !

Mali: grippe aviaire détectée, des mesures accrues pour endiguer la maladie

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct