Vaccin COVID 19 : La vaccination des enfants à l’ordre du jour ?

A l’apparition de la Covid 19,  le monde a été soulagé de savoir que les enfants échappaient majoritairement à la contamination et même qu’ils faisaient, le cas échéant et généralement une maladie bénigne ou asymptomatique. C’est pourquoi les adolescents et les jeunes enfants ne représentaient qu’un faible taux des patients atteints de la Covid-19, raison pour laquelle la vaccination des enfants n’était pas une priorité.

Mais depuis un moment nous assistons à une hausse du taux d’infection dans le monde et les enfants sont de plus en plus menacés. Au Mali, nous dépassons le cap de 1000 infections par jour. Même avec cette menace aucune disposition n’est prise jusque-là. Les activités sont à la normale et les enfants continuent d’aller à l’école. Pourtant, selon certaines données venant des pays d’Europe et du Canada, avec l’apparition du nouveau variant Omicron, les enfants sont de plus en plus vulnérables. En effet, Omicron a une plus grande propension à infecter les enfants. Bien qu’ils le soient, ils ne font pas de cas grave, cependant, de la maladie.

Toutefois, la question de leur vaccination fait le tour des différents gouvernements dans le monde. En Afrique, et plus proche de nous, certains pays ont entrepris de vacciner les enfants de plus de 12 ans. L’Afrique en tête de liste et aujourd’hui le Sénégal qui y songe très concrètement.

Il est, de toute évidence, difficile de faire ce choix pour plusieurs raisons. D’abord parce que les vaccins ont un niveau de doute persistant sur leur efficacité sur cette couche. Ensuite, concernant nos pays africains, on dispose de peu de doses pour vacciner les adultes et surtout les personnes âgées. A l’heure où le monde va vers une troisième dose, les pays africains peinent à couvrir 20% de leur population avec une première dose. Enfin, la vaccination des enfants requiert l’autorisation des parents, qui sont, pour une large majorité, eux-mêmes, réticents à se faire vacciner.

Dans ce contexte, cette possibilité ne semble pas être à l’ordre du jour en Afrique et particulièrement au Mali, où malgré les chiffres inquiétants, le Gouvernement ne prend aucune mesure supplémentaire pour limiter les transmissions.

 

Adam DIALLO

Source:Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

Mortalité maternelle et néonatale : Les vertus de la contraception

Le syndicat des travailleurs de l’hôpital Chu Gabriel Touré : demande la radiation pire et simple du standardiste Djimé Kanté

Lutte contre le SIDA : journées de dépistage et de sensibilisation au camp de Ségou

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct