30ème Journée Africaine de l’enfant: la paix et la cohésion au centre des préoccupations

Le centre international de conférence de Bamako a abrité, hier jeudi, la cérémonie commémorative de la Journée de l’enfant Africain. C’était sous la présidence de Mme COULIBALY Founé WADJIDJE, ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, en présence des partenaires techniques et financiers du Mali, dont l’UNICEF

«30 ans après l’adoption de la Charte : accélérons la mise en œuvre de l’Agenda 2040 pour une Afrique digne des enfants », tel était le thème de la présente édition qui a registré la présence des enfants parlementaires du Mali.
En campant le décor, la Résidente pays de l’UNICEF a indiqué que cette année, la Journée mondiale de l’Enfant se déroulait à un moment difficile de l’histoire récente. « Au cours des derniers mois, en raison des effets directs ou indirects de la pandémie de COVID-19, des millions d’enfants ont perdu l’accès aux soins de santé de base, à une bonne alimentation, à l’éducation et à la protection. De nombreuses familles ont vécu – et continuent de faire face à des difficultés accrues », a-t-elle déploré.
Elle s’est toutefois dit heureuse de constater que les enfants et les jeunes sont une source inestimable et sans fin de résilience et d’imagination. « Ils sont prêts à réinventer un monde meilleur, le monde qu’ils veulent. Alors que nous célébrons la Journée mondiale de l’Enfance en Afrique de l’Ouest et du Centre, les enfants et les jeunes des pays de la région partagent leurs espoirs et leurs solutions sur des questions telles que la paix, l’éducation, la santé, l’action climatique », a-t-elle dit, avant d’appeler les enfants maliens à s’unir, pour servir de source d’inspiration pour les maliens, dans la quête de la paix et de la cohésions sociale.
Le président du Parlement des enfants, Nouhoum Chérif HAIDARA, a, quant à lui, indiqué que son mandat n ‘a pas été du tout facile. « En effet, le Parlement des enfants du Mali manquait presque de tout. Toutefois, je me réjouis que certaines de nos préoccupations aient connu des débuts de solutions. Mais je dois aussi insister sur le fait que l’on doit renforcer les capacités du parlement des enfants qui doit faire l’objet d’une attention particulière de la part des autorités du pays, notamment dans la mise en œuvre de son plan d’action d’activités », a-t-il dit.
Il a profité de cette tribune pour demander à la ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille d’ajouter leur activité ‘’Opération viande qui consiste à distribuer de la viande aux enfant démunis dans les programmes de son Département. « Chère tante, nous vous prions donc de bien vouloir inscrire cette activité noble du parlement des enfants dans vos activités phares. Je voudrais aussi que vous fassiez en sorte que nous sortions de notre statut de figurant. Oui, nous voulons désormais aussi compter en dehors des journées nous concernant », a-t-il imploré.
Selon Mme la Ministre, le thème national retenu pour cette année interpelle tous les acteurs qui œuvre à la faveur du bienêtre de l’enfant Il s’agit, selon elle, à travers ce thème, de mesurer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Charte africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant depuis trente (30) ans, mais aussi et surtout de relever les défis ou obstacles qui obstruent le chemin vers la protection et la promotion des droits spécifiques des enfants. « La situation actuelle de notre pays demande plus l’union ; l’union de toutes les forces vives de la nation ; enfant, jeune, adulte et vieillard. C’est pourquoi, nous les enfants ont à plusieurs fois montrer l’exemple lors de nos différents rassemblements où nous mettons l’accent sur notre diversité culturelle, la cohésion sociale, le vivre ensemble, la paix. Les enfants de Kayes à Kidal se réunissent périodiquement pour parler, agir, sentir et penser Mali. Nous vous invitons à suivre notre exemple à faire taire vos divergences pour le Mali. Je suis convaincue que si c’est pour le Mali il n’y a pas de raison que les uns et les autres ne se retrouvent pas. Retrouvons nous sur ce qui nous unis qu’est le Mali », a-t-elle dit.

PAR CHISTELLE KONE

Source: Info-Matin 

Vous allez aimer lire ces articles

Ansongo: atelier sur les mécanismes de lutte contre les VBG et violences

Circulation alternée à Bamako: Un désastre sans fin pour les usagers !

Droits des femmes au Mali: après 61 ans d’indépendance, qu’est-ce qui a changé ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct