MALI-YEREWOLO debout sur les remparts : Bras de fer entre Mali et la France-CEDEAO

Le Mouvement yerewolo debout sur les remparts se fait associer de plusieurs associations, le lundi 10 janvier 2022, à la bourse du travail pour lancer une sortie massive le vendredi 14 janvier 2022. Chose confirme par le communiqué du conseil des ministres un peu plus tard dans la nuit, qui appelle à son tour l’ensemble du peuple à se mobiliser où qu’il soit.

 


Après les sanctions de la CEDEAO contre le Mali, les maliennes et maliens ont fait des propositions à savoir : 1- Déclare l’état de guerre au Mali. 2- Lancer un appel aux maliennes et maliens à se donner la main. 3- Retirer le Mali de la CEDEAO. 4- Mettre la confiance aux autorités Maliennes. 5- Améliorer et renforcer la pêche, l’élevage et agriculture. 6- Départ des ambassadeurs de l’union européenne et CEDEAO au Mali. 7- Retrait les ambassadeurs de la France et des pays membres de la CEDEAO au Mali. 8- Créer une monnaie malienne (Malivari). 9-Mise en valeurs les langues locaux. 10- Boycotter les produits français au Mali. 11- Lutter contre la corruption afin de mettre fin à la maltrution au Mali.12- Suspendre la CEDEAO, l’Union Européenne, Union Africaine au Mali. Installer les camps de résistance aux différentes institutions du Mali. « La prolongation de la transition de 6 mois à 5 ans dépend à la population malienne. Ce pays vit avec ou sans la CEDEAO et la France. » A souligné Jeamille Bittar, opérateurs économiques. Ces propositions ont été confirmées par le communiqué du conseil des ministres un peu plus tard dans la nuit, qui appelle à son tour l’ensemble du peuple à se mobiliser où qu’il soit.
A cet effet, Adama Ben le cerveau président du mouvement YEREWOLO debout sur les remparts ajoute que les autorités de la transition de renforcer les relations entre Mali, Guinée Conakry, Algérie.
Il faut rappeler que les sanctions de la CEDEAO tournent au tour des 6 mesures contre le Mali. Elles sont entre autres : 1-Retrait des ambassadeurs de tous les états membres de la CEDEAO au Mali. 2- Fermeture des frontières entre le Mali et la CEDEAO. 3- Suspension des transactions entre la CEDEAO et le Mali. 4- Gel des avoirs des maliens en banque centrale de la CEDEAO. 6- aides financières coupées.

Adam Maïga

Vous allez aimer lire ces articles

Yorosso : démarrage de la saison du « zaban »

Création du pôle judiciaire spécialisé en matière de lutte contre la cybercriminalité

San : prise de fonction du nouveau préfet du cercle

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct