À Bamako, quand l’amitié détruit des couples

A Bamako, on prône l’importance de l’amitié dans tous les recoins, les « grins », les familles, etc. Certains aînés disent même qu’une bonne amitié vaut mieux que les liens fraternels. D’autres disent que d’une bonne amitié viennent des liens fraternels voire plus solides même. Pourtant, on constate que l’amitié détruit de plus en plus de couples et de ménages.

 

 

Peut-on dire que l’amitié n’est plus ce qu’elle était autrefois ? Ou peut-être que les amitiés manquent de plus en plus de sincérité de nos jours ? J’ai eu à échanger avec des hommes et femmes à Bamako, la capitale malienne, à propos de ce phénomène bien triste et regrettable. Amadou était vraiment ravi d’échanger avec moi. Pour lui, c’était fou ce qu’il a vécu. « Je suis marié à Khadija depuis 10 ans. On s’est connus à la faculté à Bamako. Depuis ces temps, elle est meilleure amie avec Safia. Entre elles, c’était plus que de l’amitié, on pouvait parler de fraternité. Je les appelais affectueusement mes jumelles. », raconte Amadou.

Après son mariage avec Khadidja, Safia faisait partie de la famille. Étant célibataire, elle venait passer le week-end à la maison. Le temps passait et Amadou avait commencé à remarquer quelques changements de comportement. Safia se rapprochait de plus en plus de lui, lui faisait les yeux doux et débordait trop souvent en termes de rigolade de « nimogoniya ». Amadou se disait qu’il se faisait des idées jusqu’au jour où Safia a essayé de l’embrasser alors que sa femme était sortie.

« J’ai vraiment flippé, poursuit Amadou. Je ne savais plus où j’en étais. Fallait le dire à Khadija ou pas ? Allait-elle me croire ou pas ? Bref, j’ai gardé le silence tout en essayant de trouver des preuves palpables. Finalement, à travers les SMS de séduction qu’elle m’envoyait, j’ai mis en garde ma femme et finalement on s’est débarrassés de Safia. J’étais à la fois soulagé et triste. Ma femme en a beaucoup souffert, car Safia était vraiment tout pour elle. C’est comme ça qu’une amitié de 17 ans a pris fin. »

« Tchiza »

Amadou a su rester objectif pour éviter que Safia ne brise leur ménage. Tel n’est pas le cas de beaucoup d’hommes au Mali. Si Khadija a eu de la chance, Mamy ne peut pas en dire autant. Au cours de nos échanges, cette dernière m’a confié : « Ce n’est pas la polygamie en soi qui me dérange, mais plutôt avoir comme coépouse une amie intime. » Le jour de son mariage, Fatou, son amie, a cousu tous ses uniformes. Elle a été là pour Mamy du début à la fin. Elle a même été l’une de ses filles d’honneur.

Leur rencontre remonte à un moment sombre de la jeunesse de Mamy, et elles sont restées en contact des années après. Toute sa famille connaît Fatou. « C’est grâce à elle [Fatou] que j’ai connu mon époux », ajoute Mamy qui ne pouvait se douter une minute que son amie intime était la « Tchiza » (« maitresse ») de son mari.

Il y a un mois, son mari est venu lui annoncer qu’il avait marié religieusement une intime amie à elle et qu’il suppose qu’elle va s’en réjouir, « car l’amie en question et moi seront désormais liées à vie ». « J’ai passé une semaine à l’hôpital, le choc était tellement brutal ! », se souvient Mamy.

« Faisons attention »

Les aînés disent qu’on croit toujours être dans la pire des situations jusqu’au jour où une autre personne nous raconte son histoire. Ainsi, Aïda m’a raconté son histoire avec sa meilleure amie Assy. Après le bac, leurs parents, qui se connaissaient, ont décidé de les envoyer toutes les deux en France. Elles étaient en collocation dans un appartement et faisaient tout ensemble. Durant les 5 ans d’études, Aïda était en couple avec Papi, qui étudiait en Belgique et venait la voir à chaque fois qu’il en avait l’occasion. Après les études, Assy a décroché un CDI en France, et Papi et Aïda sont rentrés au bercail.

Alors qu’ils filaient le parfait amour, tout s’écroule brusquement comme un château de cartes : « Nous nous sommes mariés et avons commencé notre vie professionnelle ici. Après 7 mois de mariage, papi m’a passé son téléphone pour regarder une vidéo et, entre temps, il a reçu le message d’Assy qui disait ‘’tu me manques mon amour, faut que tu viennes faire un tour en France ton corps me manque’’. Choquée, je suis rentrée lire les messages et je me suis rendue compte que durant tout le temps où j’étais en couple avec Papi, Assy était en couple avec lui. Et qu’ils se permettaient même de faire des choses malsaines dans notre appartement dans mon dos. Papi, qui était l’homme de ma vie et qui représentait tout pour moi. J’avais même sacrifié mon CDI en France pour le suivre. Bref, je n’ai pas pu supporter, j’ai divorcé. Par la suite j’ai appris que j’étais enceinte. J’aurai voulu couper tout lien avec eux mais c’est impossible, un enfant nous lie. Aujourd’hui, Assy et Papi sont mariés. »

L’amitié, qui était rassurante dans notre société, devient de jour en jour inquiétant et obsolète. Il faut se dire que l’amitié d’autrefois n’est quasiment plus d’actualité. Faisons attention.

Source : Benbere

Vous allez aimer lire ces articles

Ramadan 2021 : les Maliens entre canicule et cherté de la vie

1ère édition du forum d’intelligence économique et de la prospective au Mali : L’institutionnalisation de l’intelligence économique au Mali en objectif

Pour ses efforts dans la lutte contre le trafic de drogue en commune II : Sadio en charge du 3ème arrondissement primé “Meilleur Commissaire de police du Mali 2020”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct