AFFAIRE CNPM : Diadié Amadou Sankaré indéboulonnable

La situation conflictuelle qui prévaut au Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) suite au renouvellement du bureau n’a toujours pas connu son épilogue. Avant le jugement au fond de l’affaire, prévu le 31 décembre prochain, Mamadou Sinsy Coulibaly, président sortant du Patronat, a tenté encore une fois de reprendre les locaux de l’institution, mais ‘’d’une façon dilatoire’’,  a dénoncé les avocats de Diadié Sankaré.

Le lundi 14 décembre, dans la salle de conférence de presse du Cnpm, le pool d’avocats de Diadié dit Amadou Sankaré, président du Cnpm, a donné une conférence de presse. Selon Me Badjan Hagge, conférencier, le camp Diadié a été  surpris par une situation survenue le matin, à 7 h00, dans les locaux du Cnpm. L’avocat explique que des individus (un huissier et des agents de sécurité) étaient venus pour ‘’soi-disant’’ exécuter la décision de rétractation de l’ordonnance gracieuse, rendue par le juge des référés du tribunal de la commune IV de Bamako. Me Hagge soutient que les individus en question ont tenté de faire croire à l’opinion que la décision de rétractation du juge des référés ordonne l’expulsion de l’équipe de Diadié Sankaré des locaux du Cnpm. Au contraire, explique-t-il, ladite décision ne mentionne nulle part dans ses dispositifs que Diadié Sankaré n’est plus président et que Mamadou Sinsy Coulibaly prend sa place. Me Badjan Hagge rassure que Diadié Amadou Sankaré reste toujours le président du Cnpm. Car, dit-il, si le juge avait ordonné l’expulsion de Diadié, il l’aurait mentionné de façon expresse dans sa décision de rétractation de l’ordonnance. L’avocat pense que le cabinet d’huissier Balla Camara, commis par Mamadou Sinsy Coulibaly, a fait une lecture ‘’erronée et biaisée’’ de la décision de justice. Car, fait-il remarquer, une expulsion obéit à une procédure spéciale. Et l’homme de droit d’affirmer que l’huissier s’est rendu coupable d’une infraction grave de violation de destruction du bien d’autrui. Me Badjan Hagge qualifie l’acte de brigandage, punissable, à l’en croire, d’un à 5 ans d’emprisonnent et de 10 ans de réclusion criminelle. A ce titre, il a annoncé qu’ils se réservent le droit de porter plainte contre le cabinet d’huissier.

Partant, les avocats de Diadié Sankaré ont souligné que des négociations sont en cours entre les deux parties pour trouver une solution à l’amiable. Bien que la procédure judiciaire suit son cours normal et le jugement est fixé pour le 31 décembre. En attendant, Diadié dit Amadou Sankaré reste le patron des lieux.

Jean  JACQUES 

Source: Azalaï Express

Vous allez aimer lire ces articles

YOUWAROU : enlèvement de 03 agents d’une ONG dans le cercle

SAN : attaque contre la brigade territoriale, le gendarme a succombé à sa blessure

Gendarmerie Nationale : la police de proximité en marche

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct