Frappée par une attaque terroriste dans la nuit du dimanche 30 mai dernier, la vie reprend peu à peu à Bougouni dont le poste de péage a été la cible meurtrière des terroristes.

 

Preuve de résilience et de courage, voilà ce que font les populations de la capitale du Banimonotié après l’attaque macabre en fin du mois passé ayant ôté la vie à un policier et quatre civils. Ce constat, votre serviteur l’a fait lors d’une escapade sur l’axe Bamako-Sikasso-Bamako le week-end passé. La ville de Bougouni étant la plus  grande ville entre la capitale et la Cité Verte du Kénédougou et où les véhicules sont soumis à des contrôles de routine, il n’a pas pu donc s’empêcher de constater de visu l’ampleur des dégâts de l’attaque du poste de péage dont les traces étaient toujours visibles. Au côté d’une voiture calcinée, l’on pouvait admirer le courage d’un intrépide agent du poste de péage en service dans un local dont les murs étaient encore endommagés par les impacts des balles de fusil et les vitres toujours brisées.

Quant au poste de contrôle mixte des forces de l’ordre et de sécurité, il était encore en état d’alerte avec des agents sur le qui-vive pour circonscrire un éventuel danger.

Comme un peu au niveau de tous les postes de contrôle, celui de Bougouni était encore animé par les vendeurs ambulants d’eau fraiche et autres nourritures qui se faufilaient entre les passagers en escale.

Même si la psychose de l’attaque est encore présente dans les esprits, elle n’empêche pas pour autant les habitants de vaquer à leurs occupations.

En gros, l’on constate que la vie reprend peu à peu son cours normal à Bougouni.

 

Alassane CISSOUMA

(de retour de Bougouni)

SourceMali Tribune