CULTURE : Eolia, de la littérature à l’art plastique

Toujours souriante, Eolia est une artiste plasticienne et conceptuelle, d’origine togolo-béninoise. Inspirée par le maitre plasticien togolais Paul Ahyi, la jeune artiste est une autodidacte avec un esprit de créativité hors du commun.

En pleine séance de création artistique, Eolia reçoit dans l’intimité de son studio. A peine entré, on sent l’enthousiasme qui anime la jeune artiste dans la pratique. Malgré une formation en littérature et en marketing, elle débute sa carrière professionnelle tout autrement. Poussée par la passion et l’ambition, elle décide de se consacrer à son rêve : être artiste. « On a qu’une vie, il faut la dédier à faire ce qui nous passionne »,  affirme-t-elle.

Dans ses œuvres, elle met toujours en avant ses expériences, ses histoires, ses émotions. « Mon travail est très personnel et narratif. Chaque détail porte mes pensées, chaque ombre exprime mes questionnements et chaque rayon de lumière symbolise mes espoirs et ma foi inébranlable en l’humanité», explique-t-elle.

Elle défend, à travers ses créations, la liberté de penser, de s’exprimer et de s’affirmer. « J’ai toujours été pour le fait d’être soi-même, authentique et libre».

Faire avec les moyens de bord 

Pour l’artiste, l’approvisionnement en matériel n’est toujours pas facile. Cette rareté l’a poussée à s’adapter et à faire usage des matériaux disponibles localement.

« Dans la vie, il faut savoir faire avec ce qu’on a sous la main. Je travaille principalement avec du charbon, un matériau noble et d’une grande beauté, que l’on trouve au Mali », révèle l’artiste. Selon elle, les obstacles ne doivent pas être un motif pour abandonner les rêves. « Les obstacles nous forcent à regarder ailleurs et à trouver des solutions alternatives »,explique-t-elle.

Ses œuvres 

Un rêve devenu une réalité, très vite Eolia se différencie des autres artistes par la grande originalité de son travail. Dans sa première série ‘’The Woman In The Mirror’’ (la femme dans le miroir), elle développe une nouvelle technique qui consiste à utiliser le miroir comme médium à part entière, une technique qui donne à ses œuvres une beauté exceptionnelle. “The Woman In The Mirror retrace ma découverte de soi en tant que femme et en tant qu’artiste », explique-t-elle.

Dans son studio, elle présente ses plus récents travaux, la série. « The Crown » (La Couronne). ‘’ A travers cette œuvre, je souhaite célébrer le choix de porter nos cheveux comme nous le souhaitons. Le choix d’être nous-mêmes sans concession. Bien au-delà de notre origine, de notre nationalité ou de notre genre, nous partageons tous cette volonté d’être nous-mêmes : entiers, sincères et authentiques. C’est cette authenticité que vous retrouverez dans mon travail et dans chacune de mes œuvres’’, précise-t-elle.

Hamady Sow

Source: Mali Tribune

Vous allez aimer lire ces articles

FESTIVAL FOLY DOGOKUN: La Fondation Passerelle de Rokia Traoré offre aux artistes un tremplin d’expression

30è anniversaire du 26 Mars : une exposition photos bien courue

Extraction du fer: FANE BLO veut perpétuer la tradition du Gwan-Tugu

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct