Promotion des droits de l’Homme : L’Association Kilé (le soleil) en projection de films des jeunes cinéastes du sahel à Tombouctou, Mopti, Bamako, etc.

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet dénommé Ciné Tour Anw Be Taa (faire le tour avec le cinéma qui appartient à tout le monde), l’Association Kilé, soutenue financièrement par Movies That Matter des Pays-Bas et le fonds Maaya, à travers un festival international portant sur le thème : «Droits de l’Homme», procède, à partir du 14 janvier 2022, à la projection des films dans certaines villes du Mali. L’information a été donnée, le lundi 10 janvier 2022, lors d’un point de presse organisé par les responsables de l’Association Kilé, notamment Sacko Hachim Mohamed, directeur du festival ciné Tour Anw Be Taa ; Seibou Bouaré, co-coordinateur rapporteur des activités lors du festival et des formations ; Mamadou Diarra, membre de l’association.

Dans  un premier temps, ont  fait savoir  les communicants, Ciné tour Anw Be taa concerne les camps des déplacés internes de Tombouctou, de Mopti, de Bamako. «Il y aura les projections de Tombouctou et de Bamako ce 14 janvier 2022, et  de Mopti entre  le 20 et le 30 à Mopti», précisent les tribuns. Ce projet, disent-ils, consiste  à inviter des jeunes cinéastes de divers pays de l’Afrique sahélien via un appel à candidatures  à proposer  des films portant sur les questions  des  droits  humains, qui une fois sélectionnés, seront projetés dans les camps  de réfugiés  à Bamako et  les régions de Tombouctou, Mopti. Par ailleurs, ajoutent les conférenciers, le projet consiste aussi à animer des débats au sein des camps de Faladjé, Senou et les régions de Mopti et Tombouctou. L’idée de ce projet, rappellent les conférenciers, est  partie  du triste  constat  que  le Mali traverse depuis 2012 des crises sécuritaires et politiques qui accroissent  le besoin  de sensibilisation et d’organisation des projets de films sur les droit de l’Homme dans les zones de crise. «D’où la pertinence du projet «Fest droit ciné» qui permettra d’instaurer des échanges entre les artistes, cinéastes, jeunes et population de véhiculer des messages des droits de l’Homme et la justice sociale, d’influencer la connaissance et l’attitude des jeunes en matière des droits de l’Homme», ont souligné les orateurs.

A savoir que depuis plus de 10 ans, l’Association Kilé intervient dans le monde culturel à travers la promotion ainsi que de nombreux projets de festival, de caravane et des formations cinématographiques.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

Festi M’Bolon 2022: préservation, paix et cohésion sociale

Culture : Salif Togola Intronisé Chef de la Fédération National des chasseurs du Mali

DjanwKaoural : la mosquée de Djenné, grande bâtisse en terre et élément fédérateur

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct