Rencontre littéraire au Mali : des écrivains révèlent les difficultés à publier en langues nationales

Dans le cadre de la Rentrée littéraire, l’école normale supérieure (ENSUP) de Bamako a abrité une table ronde ce mercredi 19 février 2020. Le thème retenu à cette occasion était : « Comment l’écrivain construit-il sa langue d’écriture et quel rôle jouent les autres langues dans cette construction ? »

« Nous ne sommes pas contre nos langues maternelles, mais nous devons dire que la langue française nous permet de mieux communiquer en toute liberté ». Ces propos sont de Alima Madima, écrivaine et professeure de philosophie, originaire du Congo Brazzaville.

Selon cette écrivaine, la langue est un produit du logos et de la société. Le désir de créer est, selon elle, un travail exercé par la conscience, l’entendement. À l’en croire, ce désir d’écrire ne vient pas en langue nationale, mais en langue officielle qui est le français.

Au cours de cette table ronde, les panélistes ont fait état de plusieurs difficultés qui pourraient surgir lorsqu’il s’agit de publier des livres dans les langues nationales. C’est ce qui explique ces propos de Mbarek Beyrouk, écrivain et journaliste au cours de cette cérémonie : « Je suis Franco script et non francophone. » Celui-ci reconnait tout de même qu’un écrivain a tout à fait le droit, pour le développement de ses langues maternelles, de les travailler en les utilisant comme dialecte d’écriture. Mais ce droit ne peut en aucune manière le priver de celui d’écrire dans d’autres langues, a-t-il expliqué. À l’en croire, il ne sent aucune gêne à utiliser la langue française comme véhicule. Dans la même lignée, Alima Madina soutient que « La langue française est une nécessité ». Car « Ma langue maternelle ne me permet pas de bien sceller ma réflexion. » À ses dires, il lui sera difficile de rendre ses histoires dans sa langue nationale, le Kenyan-Rwanda.

Outre cela, des difficultés peuvent survenir en ce qui concerne l’édition et la distribution du livre, a-t-elle précisé.

Selon Joseph Ndwaniye, écrivain et infirmier belge d’origine rwandaise, en décidant d’écrire dans les langues maternelles, « il faudrait s’assurer d’une fédération autour de soi sinon en tant que pionnier, on risque de ne pas trouver un éditeur », a-t-il expliqué.

Fousseni TOGOLA

Source: Journal le Pays- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Allocation d’un milliards aux acteurs de la culture, de l’artisanat et du tourisme : Sur 2 583 dossiers reçus, 1 949 ont été retenus

Musique : Ballaké Sissoko, héros discret de la kora

Avec l’album «Kôrôlen»: Toumani Diabaté sur orbite pour un 3è Grammy

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct