Elections 2022 : Le Mali aura-t-il un Président aux origines douteuses ?

Le charlatanisme de la plume fera dire à beaucoup d’éditorialistes les secrets du marc de café. Certains observateurs jureront tout savoir à l’avance sur les échéances politiques de 2022 et ils tenteront de vous convaincre des schémas de la prospective politique de notre pays. Parmi toutes les hypothèses, il est facile de professer ici et maintenant que le prochain président aura une ou des origines douteuses.

D’ores et déjà, précision que nous sommes loin de certains débats politiques caractéristiques de quelques pays d’Afrique où la question de la nationalité ou encore de l’origine ethnique fait rage et détourne le regard des vrais enjeux politiques.

Nous imposons, ici, le débat sur ceux qui voudront briguer la magistrature suprême en faisant fi de leurs passés, politique, économique, militante etc.

En 2022, les partis politiques se vendront au plus offrant pour espérer conquérir, sans coup férir, le pouvoir et l’exercer. Peu de candidats authentiques, c’est-à-dire qui ont un vrai parcours politique depuis de nombreuses années, réussiront à se hisser au-devant de la scène quand il sera l’heure du choix du président. Les noms emblématiques connus, héritiers du mouvement démocratique, se font gommer de l’espace politique par une nouvelle génération (pas forcément moins âgée). Les Mountaga Tall, Modibo Sidibé, Oumar Mariko, Tiémoko Sangare, Iba Ndiaye etc, n’auront plus voix au chapitre en 2022. Quelques-uns peuvent espérer surnager dans la bourrasque qui se prépare. Moussa Mara, par son âge, et Boubeye Maïga, de par son parti, peuvent encore avoir de l’espoir. Les éternels jeunes loups de la politique (Me Demba de l’URD, Yeah Samaké…) pourront trouver le moyen de faire un peu de bruit sans conséquence majeure. Mais, tous, devront faire face à un essaim d’un nouveau type de candidat dont le parcours militant inexistant, l’origine de la fortune qui interroge ou encore les alliances tous azimuts, devront être minutieusement scrutés afin que le Mali, en quête de refondation profonde, n’élise pas un pion du système à refonder.

De nouveaux candidats se préparent intensément. Les uns, idéologiquement pauvres, se construisent à coup d’alliances (avec des religieux) et de pistons (militaire sans doute). Et, tout ceci dans l’ombre avec une volonté de garder cachés certains détails de ces alliances et de ces parrainages.

Les autres, riches et puissant dans le secteur privé malien, essayent, à coup de gros investissements dans la publicité à Bamako, de nous convaincre qu’ils incarnent le changement que nous voulons, tout en se gardant d’être clairs et précis sur l’origine de leur fortune. Pour beaucoup, les marchés étatiques, décrochés dans des conditions d’attributions floues, sont le principal poumon du fleuron qui soutien leur candidature. La démocratie censitaire a encore de beaux jours au Mali.

L’argent douteux aura son candidat, les militaires, silencieux sur leur agenda, auront leur candidat et les religieux qui ont fui les lieux de cultes auront aussi leur candidat.

En tout état de cause, le Mali refondé mérite et se doit d’élire un candidat propre dont les origines et l’agenda sont clairement connus.

Y. KEBE

Source: BamakoNews

Vous allez aimer lire ces articles

Cette semaine, la République démocratique du Congo a déclaré la fin de l’épidémie d’Ebola qui sévissait dans la province du Nord-Kivu.

Mali : Le Colonel Oumar Traoré galvanise sa troupe dans le cercle de Djenné

Résidences universitaires du Mali : le CENOU initie des ruptures collectives sous le signe de la cohésion et de la non-violence

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct