Occupations illicites de la forêt classée de la Faya: La ministre de l’Environnement met en garde les spéculateurs fonciers

Face à la convoitise incessante de parcelles dans la forêt classée de la Faya, la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Bernadette Kéita, a exhorté, hier, les spéculateurs fonciers à se ressaisir. A ses dires,  ce site est un patrimoine de l’Etat et des mesures idoines seront prises pour le protéger contre toutes formes d’agressions.

 

Couvrant une superficie d’environ 80.000 hectares, la forêt classée de la Faya  est de plus en plus menacée de disparition. Cela, à cause des activités humaines illicites. Alertée par les services techniques sur cette situation inquiétante, la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, accompagnée des membres de son cabinet et de la Direction Nationale des Eaux et Forêts, a effectué une visite sur le site, hier lundi.

Sur place, le Directeur régional des Eaux et Forêts de Koulikoro, le commandant Dramane Barro, a fait le point de la situation.  » Nous sommes confrontés à des occupations illicites. Des particuliers viennent payer des lots avec des habitants du village de Tien. Après, ils passent par d’autres services techniques au sommet de l’Etat pour établir des documents et exercent la pression sur la Direction régionale dans l’optique de construire des maisons à usage d’habitation. Il y a des personnes qui revendiquent 48 à 50 hectares et même plus. Et elles possèdent même des titres provisoires « , a-t-il expliqué.

Tentatives de corruption des contrôleurs forestiers

Et de souligner que ses agents et lui-même subissent toutes formes d’intimidations et de tentatives de corruption.  » Face à notre refus de les laisser s’installer, nous sommes menacés à longueur de journée par ces spéculateurs fonciers, qui affirment être soutenus par des personnes intouchables au sommet de l’Etat. On m’a même proposé 20 millions FCFA pour que je cède. Face à cette forte pression, nous avons donc alerté Mme la ministre afin qu’elle nous vienne en aide dans la sécurisation de cette forêt « , a-t-il révélé.

Après avoir pris note de ces éclaircissements et constaté par elle-même des constructions anarchiques sur le site, la ministre de l’Environnement s’est indignée de l’agression que subit cette forêt censée être un couvert végétal.  » Ce que j’ai constaté ne fait pas plaisir. Le site est en train d’être occupé de façon illicite. C’est regrettable. Cette forêt est un trésor pour le pays. Il est grand temps que tout le monde puisse comprendre qu’elle appartient à l’Etat. Il faut la protéger. Et tout sera mis en œuvre pour qu’on puisse respecter les textes relatifs à ce site « , a indiqué Mme Bernadette Kéita.

Avant d’inviter les particuliers qui convoitent des lots sur le site à reconsidérer leur position.   » Je lance un appel à toutes les personnes qui, aujourd’hui, ont pu se procurer des documents pensant qu’elles sont propriétaires de parcelles ici. Il est grand temps d’arrêter, car nous allons tout mettre en œuvre pour que la structure de l’Etat soit respectée. Le domaine de l’Etat appartient à l’Etat et des textes ont été élaborés dans ce sens. Nous allons prendre toutes les mesures idoines qui s’imposent « , a-t-elle insisté, tout en annonçant que son département va travailler avec celui des Domaines pour mettre définitivement fin à cette situation.

Par ailleurs, avant de se rendre dans la Faya, la ministre de l’Environnement a successivement visité la Direction régionale de l’Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances (DRACPN), la Direction régionale des Eaux et Forêts de Koulikoro (DREF).

Il s’agissait de s’enquérir de leurs préoccupations afin de leur trouver les solutions adéquates.

Sory Ibrahima COULIBALY

Source: l’Indépendant

Vous allez aimer lire ces articles

DEGRADATION DES PAYSAGES ET PRODUCTIVITE

Mali : la croisade contre le dragage et l’orpaillage illégal continue

Gourma : Les éléphants menacés d’extinction

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct