Commissariat de police du 16eme arrondissement : Démantèlement d’un vaste réseau de trafic d’armes destinées aux Groupes armés terroristes

C’est avec un grand professionnalisme que le commissaire de police Yaya Niambélé, en charge du Commissariat de police du 16ème arrondissement et ses hommes ont démantelé un vaste réseau de trafiquants d’armes et de minutions qui ravitaillaient les réseaux terroristes et djihadistes en activité dans le centre et le nord du Mali.

De sources policières, le jeudi 30 septembre 2021 aux environs de 17 heures, un informateur ayant requis l’anonymat dénonce un gardien dans une maison sise à Niamana et en possession d’un Pistolet mitrailleur (PM) muni de son chargeur. Le gardien affirme que l’arme en question appartiendrait à son patron, un Officier de la Gendarmerie nationale. Aussitôt, une équipe d’intervention rapide dirigée par le commandant de police Mody Diallo s’est rendue sur place pour interpeller le gardien et son arsenal de guerre. Ainsi, à son arrivée sur les lieux, l’équipe d’intervention a procédé à l’interpellation du suspect répondant au nom de Diaguiné Dao.

Conduit dans les locaux du Commissariat de police du 16ème arrondissement pour des investigations plus poussées, le suspect a confirmé que l’arme appartient bel et bien à son patron qui serait en mission dans le centre du pays. Et de poursuivre qu’il a profité de cette absence pour s’accaparer de l’arme en vue de la revendre. Et d’ajouter qu’il a même trouvé un preneur en la personne de Nouhoum Barry, lequel, à son tour, l’a cédée à un certain Amadou Barry en contrepartie de la somme 150.000 Fcfa.

Une enquête a été ainsi diligentée pour retrouver le nommé Nouhoum Barry. C’est ainsi que le suspect a été interpellé le même jour alors qu’il avait à sa disposition un bidon d’huile moteur de quatre litres. Soumis au feu des questions, le nommé Nouhoum Barry a déclaré dans un premier temps avoir vendu l’arme au nommé Amadou Barry, mais par la suite, il est revenu sur cette déclaration et a avoué l’avoir vendue à un certain Nouhoum Diallo qui est toujours introuvable. Et les descentes policières au domicile de ce dernier n’ont rien donné.

A la suite des fouilles, il ressort que le bidon en question contenait 566 cartouches pour Pistolet mitrailleur (PM) de types 7.62 semi-long d’assaut, une arme de guerre. Ainsi, interrogé, le suspect a déclaré les avoir achetées avec un individu se trouvant à Macina. A ses dires, il s’apprêtait justement à envoyer la marchandise dans le cercle de Koro où vivent ses parents afin que ces derniers les utilisent contre des assaillants.

Cependant, des recherches sont en cours afin de connaître l’origine de ces minutions. Précisons que l’arme en question reste introuvable. De sources dignes de foi, l’interpellation du Nouhoum Diallo est une question de temps.

Quant aux nommés Diaguine Dao, Nouhoum Barry et Amadou Barry, ils ont été tous été placés sous mandat de dépôt.

Il convient de noter que c’est la deuxième fois que le commissaire Yaya Niambélé et ses hommes démantèlent un réseau de trafic d’armes et de munitions destinées à des Groupes armés terroristes (Gat).                                                       

Boubacar PAÏTAO

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

LA RECLUSION À PERPÉTUITÉ POUR LE NIGÉRIEN

Session spéciales de la Cour d’assises : La peine capitale pour Alphaki

Belle moisson du 1er Arrondissement au marché Rose de Bamako ; Deux individus arrêtés en possession d’un PM et 500 munitions !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct