Drame familial à Banconi- Salembougou : Il poignarde le grand frère de son père

Quelle mouche a donc piqué le jeune B. de Banconi-Salembougou au point de planter un couteau dans le ventre de Bakary Yachin Balayira, le frère aîné de son père, samedi 7 mai, suscitant la colère et l’indignation populaires ?

Tout le quartier continue en tout cas de s’interroger sur les mobiles de ce crime quand bien même l’agresseur, selon divers témoignages, avait promis, il y a un, de faire la peau à Bakary. Yachin Balayira.

Les faits. Tôt le matin du 7 mai 2022, le jeune agresseur, muni de trois couteaux et certainement sous l’emprise de la drogue, s’est introduit dans la chambre de son “père” pour commettre son forfait. La femme de B. Y. B. à qui il n’adressait plus la parole depuis un bon moment, n’a pu que constater les dégâts après l’appel à l’aide de son mari, âgé de 60 ans environ.

A l’arrivée des secours, le bilan est macabre : les boyaux sortis, Bakary. Y. Balayira leur demandait de les remettre à leur place sous le coup d’une douleur atroce. Malheureusement, la blessure était très profonde. Il succombera peu de temps après malgré la bonne foi des secouristes de fortune.

Pour échapper au lynchage, le présumé coupable s’est aussitôt réfugié au domicile de l’imam du coin qui, au regard de la flagrance de l’acte, l’a finalement laissé entre les mains des éléments du commissariat du 6e arrondissement venus le cueillir.

Il est placé en garde à vue en attendant qu’un procureur de la République décide de son sort.

Le défunt a été conduit à sa dernière demeure dimanche dernier par une grande foule attristée et très remontée contre la recrudescence de la violence dans ce coin chaud de la Commune I du district de Bamako.

Banconi-Salembougou s’avère aujourd’hui un nid criminogène qu’il convient de traiter avec beaucoup de rigueur.

Le chômage, la déscolarisation, la pauvreté et la consommation de substances stupéfiantes, etc. continuent de décimer la jeunesse dans l’indifférence des familles. Naguère, les passants et usagers faisaient les frais de ce banditisme, aujourd’hui c’est des drames familiaux dans ce quartier avec mort d’homme qui foisonnent.

L’heure ne devrait plus être aux tergiversations mais à l’action radicale contre cette délinquance.

A la famille éplorée du défunt, la rédaction d’Aujourd’hui-Mali présente ses condoléances émues et prie pour le repos éternel de son âme.                                       

 El hadj A. B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Région de Koulikoro : deux accidents font 6 morts

ANSONGO DANS LA REGION DE GAO: UN COMMERÇANT ET UN BOUCHER ATTAQUÉS PAR DEUX INDIVIDUS ARMÉS

Côte D’Ivoire : des pluies diluviennes font chuter la clôture de l’Agence Emploi Jeune

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct