AFFAIRE DE L’ACQUISITION DES ÉQUIPEMENTS MILITAIRES ET DE L’AVION PRÉSIDENTIEL Selon Soumeylou Boubèye Maiga le dossier est définitivement clos. Le procureur général de la Cour suprême met à nu ces propos sans fondement.

AFFAIRE DE L’ACQUISITION DES ÉQUIPEMENTS MILITAIRES ET DE L’AVION PRÉSIDENTIEL Selon Soumeylou Boubèye Maiga le dossier est définitivement clos. Le procureur général de la Cour suprême met à nu ces propos sans fondement. ‘‘Je m’exprime en faux contre ces informations. Le dossier n’est pas définitivement clos, les suspects seront traduits devant la cour d’assises’’, dixit le procureur général de la Cour suprême Mamoudou Timbo.

Lors d’un débat télévisé organisé par une chaine de la place le 19 août dernier, l’ancien premier ministre sous le régime Ibrahim Boubacar Keita, Soumeylou Boubèye Maïga, s’est prononcé publiquement pour la première fois sur l’affaire des équipements militaires et de l’achat de l’avion présidentiel. A cet effet, mieux placé dans cette affaire, l’ancien ministre de la Défense et des Anciens Combattants au moment des faits a fait savoir que le dossier avait fait l’objet de deux rapports de contrôle (BVG et Cour suprême) suivis de l’ouverture d’une information judiciaire. Selon lui : La Cour Suprême a rendu un arrêt en mars 2021, qui clôt définitivement le dossier. ‘‘ Je ne me suis jamais ni préoccupé ni inquiété par rapport à ces dossiers’’. Mais, c’était sans compter avec l’avis des autorités actuelles de la transition. A cet effet, la réaction du procureur de la Cour suprême ne s’est pas fait attendre. il met à nu la déclaration de Soumeylou Boubèye Maïga en ces termes : ‘‘Je m’inscris en faux contre ces informations. Le dossier n’est pas définitivement clos, les suspects seront traduits devant la Cour d’assises’’. L’intervention du procureur général de la Cour suprême Mamoudou Timbo intervient sur les ondes de la télévision nationale juste après la révélation de Soumeylou Boubèye Maïga sur le « classement » de ce dossier dont les faits remontent à 2014. « D’après des éclairages qu’il a apportés, « à un moment donné, sous l’ancien régime, des enquêtes de police avaient été menées et il avait été instruit au procureur de la République du Pôle économique et financier d’alors de classer l’affaire sans suite et il s’est conformé aux instructions données par les autorités administratives. » Cependant, il précise qu’un nouveau ministre de la Justice a décidé de rouvrir le dossier, qui suit son cours normal. Ainsi des ministres qui n’avaient pas été entendus au départ l’ont été et les procès-verbaux d’audition ainsi que le rapport du BVG sont des éléments d’appréciation à verser au dossier. Au demeurant, il a souligné que le Procureur du Pôle économique et financier n’est pas habilité à classer un tel dossier car l’appréciation des éléments d’enquête ne relève pas de ses compétences, mais de celles du procureur général de la Cour suprême, d’autant plus que les suspects bénéficient d’un privilège de juridiction. C’est-à-dire qu’ils devraient être traduits devant la Haute Cour de justice à travers l’Assemblée nationale. Ces deux institutions n’étant pas fonctionnelles, donc dans l’impossibilité d’être saisies, le procureur général précise que les magistrats qui devraient instruire le dossier sont au niveau de la Cour suprême. Donc, il y a lieu de poursuivre l’instruction au niveau de la Cour suprême et les suspects vont toujours bénéficier des privilèges selon leur rang, mais seront traduits devant la Cour d’assises. Car l’opinion ne va pas comprendre cette situation d’attentisme et d’impunité qui est très dangereuse pour une République. C’est un nouveau rebondissement dans l’affaire dite des équipements militaires. Dans ce dossier, la justice malienne joue sa crédibilité aux yeux de l’opinion, et le Procureur général l’a rappelé. « Si on reste comme ça, non seulement l’opinion publique ne comprendra pas cette attitude d’attentisme de notre part, mais encore les faits seront prescrits au bout de dix ans », a conclu le procureur Timbo. A.M.N.

Source: Sphinx

Vous allez aimer lire ces articles

Bakary Togola acquitté ce lundi faute de preuves

Tentative de saisie d’un aéronef d’Air Ivoire : Le garde des sceaux instruit l’ouverture d’une enquête

AFFAIRE COMPAGNIE AIR CÔTE-D’IVOIRE BLOQUÉ AU MALI: N’AYANT PAS ÉTÉ INFORMÉ, LE GOUVERNEMENT MALIEN À TRAVERS LE MINISTRE DE LA JUSTICE A OUVERT UNE ENQUÊTE

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct