Déclaration de Madame FATOU BENSOUDA, Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), au sujet de la recrudescence des violences en Centrafrique : « les crimes doivent cesser ! »

MARDI 23 MAI 2017 – Ces derniers mois, les violences et les affrontements entre groupes armés se sont intensifiés en divers lieux de la République centrafricaine (RCA). Je suis profondément préoccupée par l’évolution de la situation et les attaques qui se seraient récemment produites à Bangassou, Bria et Alindao. La situation semble extrêmement précaire compte tenu des violences et des crimes graves qui seraient commis contre des civils, des soldats chargés du maintien de la paix et le personnel humanitaire. Ces crimes relèvent peut-être de la compétence de la Cour pénale internationale (CPI) et doivent immédiatement cesser.

Fatou Bensouda procureure generale CPI

J’exhorte tous les individus et les groupes en RCA qui commettent des actes de violence, y compris ceux qui semblent être liés aux groupes des anti-balaka et de l’ex-Séléka, à y mettre fin.

Mon Bureau surveille de près l’évolution de la situation afin de déterminer les mesures qu’il convient éventuellement de prendre.

Nous sommes prêts à assister les autorités compétentes centrafricaines qui ont en premier lieu le devoir de mener une enquête et des poursuites contre les responsables présumés de ces crimes.

Mon Bureau enquête à propos de crimes commis en RCA depuis le 1er août 2012 à la suite d’un deuxième renvoi adressé par les autorités de ce pays. Notre travail se poursuit sur place. Je n’hésiterai pas à intervenir si ces crimes récemment perpétrés relèvent de la compétence de la CPI et je prendrai toutes les mesures qui s’imposent pour que les auteurs de ces actes rendent des comptes, sans contrevenir aucunement au principe de complémentarité.

Le Bureau du Procureur de la CPI mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, en toute indépendance et en toute impartialité. Il poursuit actuellement des enquêtes en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Darfour (Soudan), en République centrafricaine (deux enquêtes distinctes), au Kenya, en Libye, en Côte d’Ivoire, au Mali et en Géorgie. Il conduit également des examens préliminaires à propos des situations en Afghanistan, en Colombie, en Guinée, en Iraq/Royaume-Uni, en Palestine, au Nigéria, en Ukraine, au Burundi et au Gabon et de la situation relative aux navires battant pavillons comorien, grec et cambodgien.

Source : Bureau du Procureur

Vous allez aimer lire ces articles

2ème évaluation du BVG de la politique « Santé et hygiène publique » du PRODESS III : Seulement 15% de taux de realisation, faute de fonds

Mahamadou Camara : Un dossier oublié ?

Le coin du juriste : C’est quoi un décret ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct