Invité sur le plateau d’Africable Télévision, Oumar Mariko, ancien leader estudiantin et acteur de l’avènement de la démocratie au Mali a donné son appréciation sur les 27 années passées. Il a aussi profité de ce débat pour apporter quelques précisions sur le mouvement démocratique.

Selon Oumar Mariko, président du Sadi, le peuple malien s’est battu en mars 1991 pour des aspirations profondes de mieux être.

“Vous savez la démocratie n’est pas un concept abstrait quand on parle de mouvement démocratique, les gens ont l’impression qu’on est sorti parce que nous voulions beaucoup de partis politiques. En 1968, quand les militaires ont pris le pouvoir, il y a eu un changement d’option. Parce que pour le Président Modibo il fallait que tous les enfants de ce pays aillent à l’école à la charge de l’Etat, que tous les enfants soient soignés par l’Etat. Et quand il y a eu le coup d’Etat de 1968, les militaires ont sonné la liberté. Ils ont instauré un Etat libéral dans lequel chacun devait s’occuper de l’éducation de ses enfants, leur santé, etc. Et c’est ce qui a progressivement créé la tension”, a-t-il rappelé.

Parlant du bilan des 27 années d’exercice démocratique, le présidant du Sadi le juge déplorable.

“On n’est pas en démocratie parce qu’on a des journaux, des télévisions, des partis politiques. On est en démocratie lorsqu’il y a la santé, l’éducation, et l’emploi pour tous. Mais malheureusement de 1992 à aujourd’hui nous ne faisons qu’une marche à reculons.

Aujourd’hui ça ne va pas, le Mali a perdu sa souveraineté parce que le Président malien ne peut pas aller défendre le Mali à la tribune des Nations unies sans passer par la France. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale ne peut pas aller défendre le dossier malien sans passer par la France. Aujourd’hui, le Président de la République ne peut pas se rendre dans tous les coins du Mali comme il le souhaite”, regrette t-il.

Pour l’ancien leader estudiantin, les gens doivent arrêter d’imputé abusivement au mouvement démocratique, le bilan des 27 années d’exercice de la démocratie au Mali.

“Le mouvement démocratique a pris le pouvoir du 26 mars 1991 aux élections de 1992. De 1992 à aujourd’hui, c’est la gestion de l’Adema-Pasj avec ses différents prête-noms ou ses différentes composantes qui gèrent le Mali, qui ont complètement changé le visage de ce pays et qui en ont fait un pays pour ce qui sont au pouvoir”, a précisé l’honorable Mariko…Lire la suite sur Aumali

Balla Soumaïla Traoré/stagiaire

Source: L’indicateur du Renouveau