Schisme au sein de l’UNTM : Une 4ème centrale syndicale au Mali en gestation

La fin de la crise qui prévaut depuis un certain temps au sein  de l’Union nationale des travailleurs du Mali (Untm), n’est pas décidément pour très bientôt. « Marginalisés, humiliés, jetés comme des déchets lors du 12ème  congrès de l’Untm (tenu le 17 et 18 mars 2014) ». Sept(7) syndicats nationaux ont annoncé, à la faveur d’une conférence, la création très prochaine de la 4ème centrale syndicale du Mali.

 Untm union nationale travailleur mali bourse travail mouvement

Il s’agit des syndicats nationaux de l’artisanat, des administrations publiques, des pharmacies, de la production et des industries alimentaires, des textiles, du tourisme et de l’hôtellerie. En effet, ces sept(7) syndicats militaient au sein de l’Untm, depuis belle lurette. Mais ils disent être surpris lors du 12ème congrès de l’Untm (15 et 16 mars 2014) où ils ont été débarqués manu militari sans aucune explication. C’est ainsi, tout en décidant à tirer toutes les conséquences de leur expulsion, ces syndicats se sont regroupés au sein d’un collectif dénommé ‘’ collectif des syndicats nationaux et, ont choisi de tracer ensemble leur voie. « Ce n’était pas notre souhait, mais il nous faut une structure au sein de laquelle on pourrait défendre les intérêts de nos camarades », indique Sidibé Dédéou Ousmane du syndicat des administrations d’Etat, d’où la création très prochaine de la 4ème centrale syndicale. Principale conférencière, elle dira qu’au  Mali, l’année syndicale qui s’achève a été particulièrement saumâtre pour des milliers de travailleurs maliens. Selon elle, le 12ème congrès de l’Untm tenu les 17 et 18 mars dernier qui avait été annoncé comme celui de l’unité et de la cohésion retrouvées, a été plutôt synonyme de dissensions, d’exclusions et de division du monde syndical. « Nous avons été trahis, marginalisés et humiliés. Car, nous ont été jetés à la porte comme des déchets et sans aucune explication », a expliqué Sidibé Dédéou Ousmane. Et comme, nous sommes des syndicalistes, poursuit-elle, il nous faut forcément défendre nos militants d’où l’idée de la création d’une centrale syndicale. Et quant au   Secrétaire général du Synapro (syndicat national des producteurs), Karim Diarra dit Togola, dira que la bourse du travail s’est transformée en politique, depuis lors le droit est parti par la porte. Avant de promettre que la nouvelle centrale syndicale qui sera créée très bientôt sera une unité qui se battra corps et âme pour défendre les intérêts des travailleurs du Mali. Même son de cloche pour la secrétaire  générale du syndicat national des artisanats du Mali(Snam), Simpara Aïssata Kéïta qui dira qu’elle regrette de quitter l’Untm, mais qu’il le fait parce que cette centrale ne répond plus à leur aspiration.

En tous cas, après les centrales syndicales que sont : l’Untm, la Cstm, la Csm, la quatrième centrale syndicale du Mali est en gestation. La date de sa création n’est, pour le moment, pas définie. Cependant la détermination des membres du collectif des syndicats nationaux ne fait nulle place au doute. « Il le faut pour restituer au syndicalisme malien toutes ses lettres de noblesse  et écrire de nouvelles pages d’une lutte syndicale dans l’intérêt exclusif des travailleurs du Mali », justifient-ils dans une déclaration commune qui a été lue dans la salle des conférences (archicomble) de la Maison de la presse et signée par les représentants des sept syndicats sous un tonnerre d’applaudissements.

  1. A.   Touré

 

source:Le matin

Vous allez aimer lire ces articles

Trop de jours fériés au Mali: Quand l’Etat contribue à l’avilissement du secteur privé

Intervention du Premier ministre par intérim à l’ONU : L’UNTM réaffirme son soutien au gouvernement

Mission d’études à Lomé : La CANAM à l’école de la CIPRES

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct