TABASKI ET TRANSPORT : Fêter à tout prix

La fête de Tabaski au Mali rime avec voyage à l’intérieur du pays. Une occasion rêvée pour les compagnies de transport pour faire le plein. Les longues files de clients sont un témoignage de la forte affluence mais aussi du désordre qui règne au niveau des compagnies de transport en cette période. D’aucuns profitent ainsi pour augmenter injustement le prix de transport ou pour vendre plus de tickets de voyage que de places.

En effet, si certains se rabattent sur  leur propre moyen à savoir leurs véhicules voire des motos,  les transports en commun sont un casse-tête pour aller fêter en famille. « Sauf un cas de force majeur je n’ai jamais fêté à Bamako. Chaque fête quel que soit la fête de Ramadan et celle de Tabaski je pars au village avec ma famille pour les fêter auprès de nos parents au village. En réalité, c’est un moment très important dans la famille car c’est la retrouvaille entre les frères et sœurs, entre les parents et leurs enfants. Nous partons en transport en commun et comme nous connaissons le système nous prenons nos tickets avant les jours de notre départ », nous explique Yacouba Mangané, un ressortissant de la région de Ségou.

« L’année dernière, je n’ai pas pu voyager à cause des moyens de transport. Partout où je partais il n’avait pas le ticket pour se rendre à Sikasso. Pour ne pas subir le malheur de l’année dernière je suis venu tôt prendre mon ticket et ceux des membres de ma famille. Ce n’est pas facile pour les compagnies de transport parce que tout le monde veut aller à la même période », narre Cheick Coulibaly, avant de conseiller la prudence aux chauffeurs pour éviter les accidents de circulation. Pour le jeune Ibrahim Diarra Bamako ne connait pas la fête donc il faut aller au village pour le savourer. « Je suis venu prendre les tickets pour les membres de ma famille sinon moi-même je pars avec ma moto, accompagné d’un ami. Donc nous sommes libres et nous démarrons quand nous voulons. Nous sommes à quelques kilomètres de Baraoueli donc ce pas trop loin de Bamako », renchérit-t-il.

« A la veille de la fête tout le monde veut voyager c’est-à-dire aller fêter auprès de ses parents. Ce qui fait que nous avons souvent des déficits de bus pour satisfaire nos clients néanmoins nous faisons notre possible pour qu’ils aillent et en tout confort et sécurité. Même si ce n’est pas du tout facile car les nombres nous dépassent », nous confie l’un des gérants d’une compagnie de la place. Et Alassane Traoré, chauffeur de son état nous révèle que la cause de certains accidents est due à l’excès de vitesse car ils veulent faire plusieurs tours à cette période pour avoir des bénéfices. Selon lui, les autorités doivent prendre des mesures préventives pour éviter les accidents sur nos routes.

SKK

Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) : Bureau Exécutif N° 009/BE-UNTM/SG : Déclaration de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM)

Paix au Mali : « Retour aux valeurs sociétales » ou « adoption de nouvelles stratégies » ?

Logements sociaux : Le président de la transition remet les clés de 5.636 maisons

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct