VULGARISATION DE LA LOI ELECTORALE : La Coper-Mali s’engage

La coalition des organisations partenaires pour des élections réussies au Mali (Coper-Mali) a dressé un programme de communication sur la nouvelle loi électorale. Pour, disent les responsables de la COPER, faire mieux connaitre la loi électorale à travers tout le pays. Cette information a été donnée à la faveur d’une conférence de presse le mercredi dernier au centre national du secteur privé à l’ACI 2000 de Bamako.

Dans le souci de mieux communiquer sur leurs actions de terrain en matière électorale, la Coper, une coalition d’une quinzaine d’ONG financée par le Pnud, a entrepris une série d’activité de campagne de communication. Le ton a été donné à travers la conférence de presse du mercredi 10 août à Bamako. La campagne se poursuivra jusqu’au 15 septembre 2022 sur toute l’étendue du territoire, rassurent les conférenciers. A travers cette campagne d’information, la Coper entend faire connaitre la nouvelle loi électorale par tous les citoyens.

Selon Mme Maïga Aïssata Maïga, après l’adoption d’une telle loi, instrument capital dans la gestion des élections, il est important de porter à la connaissance du public malien de tout bord la quintessence de cette nouvelle loi en vue de maximiser sa connaissance et assurer l’inclusivité dans l’application.  L’objectif de ce programme de communication est la réalisation d’une campagne d’information, d’éducation civique, de sensibilisation et de mobilisation des citoyens en vue de mieux faire connaitre la nouvelle loi électorale et le chronogramme des élections, insiste le président de la Coper, M. Mamadou Fadiala Keita.

Pour ce faire, poursuit-il, la Coper s’est fixé un repère afin de mesurer l’impact au terme des interventions. D’où les indicateurs suivants : l’organisation d’environ un demi-millier de rencontres de disséminations (causeries-débats, caravanes, tournoi de foot, assemblée générales, diffusion radio-TV et presse écrite…) ; l’organisation d’au moins 250 séances de renforcement de capacités favorisant l’appropriation des textes ci-dessus mentionnés par la population ; sensibilisation et mobilisation de 200 000 jeunes leaders, 150 000 femmes, 25 000 personnes en situation de handicap, au moins 10 000 déplacés, 1000 acteurs locaux (chefs et conseillers de villages, chefs coutumiers, leaders religieux, leaders d’opinions) etc.

Oumar SANOGO

Source: Journal le Démocrate- Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Choix du chef de village de Kani (Koutiala) : Le Maire de Karangasso défie le Préfet

Kambila (Kati) : De l’eau potable pour les 1000 logements sociaux et environs

Adresse à la nation à l’occasion du 22 Septembre: Assimi Goïta annonce « ouvrir plusieurs nouveaux chantiers »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct