El Hadji Oumar Maïga, président de la ligue d’athlétisme de Mopti : “L’ambition pour ce nouveau bureau est de relancer les activités de l’athlétisme dans tous les cercles de la région de Mopti

Réélu à l’unanimité le 21 août dernier à la tête de la Ligue régionale d’athlétisme de Mopti, pour son deuxième mandat, El Hadji Oumar Maïga a bien voulu nous accorder une interview dans laquelle il est question de la pratique de l’athlétisme dans la région de Mopti, les ambitions de son bureau pour ce nouveau mandat, les difficultés auxquelles son bureau est confronté, ainsi que ses relations avec la Fédération malienne d’athlétisme et les autres ligues régionales.

 

Aujourd’hui-Mali : Aujourd’hui, comment se porte la pratique de l’athlétisme dans la région de Mopti ?

El Hadj Oumar Maïga : Aujourd’hui, je peux dire que l’athlétisme se porte très bien au niveau de la région de Mopti parce que nous organisons régulièrement des compétitions où les athlètes de la région peuvent se mesurer entre eux. Depuis que j’ai pris le les rênes de l’athlétisme, en mai 2017, nous commençons à avoir des résultats au niveau de la région.

Vous venez d’être réélu à la tête de la ligue régionale d’athlétisme de Mopti. Alors quelles sont les perspectives pour ce nouveau mandat ?

Les perspectives pour ce nouveau mandat, c’est d’essayer de relancer les activités de l’athlétisme dans tous les cercles de la région. Bien qu’il y ait eu deux autres régions au niveau de la région, je souhaiterai que la discipline puisse continuer dans ces anciens cercles.

Actuellement, nous sommes seulement au niveau de Mopti et de Bandiagara. Il y a deux clubs dans la ville de Mopti (Débo Club de Mopti et CAMD) et un club à Bandiagara (CAB). Donc, je souhaiterai vraiment étendre la discipline au niveau des autres cercles (le cercle de la zone inondée et le cercle de la zone exondée), mais tout en insistant surtout au niveau des scolaires parce que c’est là-bas que nous pourrons avoir des jeunes qui maîtrisent la discipline. D’ailleurs, c’est pour cela que je me suis attelé à prendre dans le nouveau bureau d’athlétisme le directeur du Centre d’animation pédagogique (CAP) de Mopti.

Nous sommes sûrs qu’il pourra bien nous accompagner à relancer les activités au niveau des écoles de la région. C’est l’une de nos politiques afin d’essayer d’avoir assez d’athlètes.

Que comptez-vous faire pour consolider les acquis et rehausser davantage l’image de l’athlétisme dans la Venise malienne ?

Vous savez, Mopti n’est pas une région difficile parce que j’ai eu la chance de passer beaucoup de mon temps dans cette région. Depuis 1982, je suis dans cette région et je connais pratiquement tous les cercles de Mopti. Durant un moment, j’ai constaté que les gens ne s’y mettent pas. Je suis donc en train de voir comment sensibiliser les gens pour un nouveau départ dans la vulgarisation de la discipline.

Nouveau départ, c’est-à-dire essayer d’instaurer une régularité au niveau même du bureau de la ligue régionale d’athlétisme. Il faudra que les rencontres des membres du bureau soient régulières et faire des procès-verbaux des rencontres pour la Fédération malienne d’athlétisme.

D’autre part, il faudra essayer de sensibiliser les opérateurs économiques, les autorités régionales locales afin qu’ils puissent s’intéresser à la discipline parce que l’athlétisme est la base de tout le sport. C’est pour dire que, si vous avez de bons athlètes, vous allez forcement avoir de bons joueurs dans les autres disciplines sportives. De ce fait, je souhaiterai relancer cette discipline, rester plus permanent dans les réunions et essayer d’approcher beaucoup de gens pour avoir des appuis.

Les gens évoquent souvent le manque d’infrastructure adéquate dans les régions pour faire de l’athlétisme une discipline populaire. Que pensez-vous ?

Effectivement, c’est seulement au niveau de la ville de Mopti que nous avons la meilleure infrastructure sportive pour mener nos activités. Mais au niveau de certains cercles comme Badiangara, Djéné, Douanzan, nous avons des opportunités. Maintenant, il faudra que les autorités sportives du pays mettent un accent particulier dans la pratique de l’athlétisme en créant de nouveaux terrains pour la discipline.

Avec cela, je pense que nous pourrons avoir une issue favorable pour la promotion de la discipline. Par rapport aux matériels sportifs, nous n’en avons pas assez, mais avec l’appui de la Fédération malienne d’athlétisme nous avons pu avoir quelques instruments. En plus de la Fédération, si nous pouvons avoir d’autres sponsors qui peuvent nous appuyer avec du matériel, cela nous aidera à relancer la discipline dans la région de Mopti.

Parlez-nous des ambitions de votre bureau pour ce nouveau mandat ?

L’ambition du nouveau bureau est de relancer les activités de l’athlétisme dans tous les cercles de la région de Mopti. Avant notre arrivée à la ligue d’athlétisme de Mopti, la région avait seulement un club d’athlétisme, mais aujourd’hui nous en avons trois (3) notamment deux à Mopti (Débo Club de Mopti et le CAMD de Sévaré) et un à Bandiagra (CAB de Bandiagara). Djéné et de Douanzan sont déjà en train de mettre en place leur club d’athlétisme.

Il est important de souligner que, depuis que nous avons pris les rênes de la ligue d’athlétisme de Mopti, nos athlètes participent à toutes les compétitions nationales organisées par la Fédération malienne d’athlétisme. En plus de cela, la ville de Mopti abrite chaque année une compétition zonale qui regroupe les équipes de toutes les régions du Nord (Tombouctou, Gao et Kidal). Durant notre premier mandat, l’équipe d’athlétisme de Mopti a participé à toutes ces compétitions zonales en obtenant 25 médailles, dont 4 médailles d’or, 9 médailles d’argent et 12 médailles de bronze dans les différentes épreuves.

Nous avons également pu faire 80 licences pour nos athlètes durant ce premier mandat dont 30 licences au niveau de la catégorie des cadets, 45 licences au niveau des juniors et 20 au niveau des séniors.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?

Notre première difficulté se situe au niveau des autorités régionales locales qui ne s’investissent pas dans cette discipline. C’est un cri de cœur que nous lançons à l’endroit des autorités régionales afin qu’elles investissent dans la discipline. Heureusement, avec l’arrivée du nouveau gouverneur, le colonel Abass Dembélé, je crois bien que les choses vont changer au niveau de la région de Mopti. Je souhaiterai que le gouverneur, le président du Conseil régional, le président du Conseil de cercle, le maire de la Commune urbaine et les opérateurs économiques de la région de Mopti s’investissent pour la promotion de la discipline dans la région. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour remercier le président du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) qui nous accompagne dans l’organisation des compétitions d’athlétisme dans la région.

Aujourd’hui, comment se portent vos relations avec la Fédération malienne d’athlétisme et les autres ligues régionales ?

Vous savez, nous avons de très bonnes relations avec toutes les ligues régionales et surtout avec la Fédération malienne d’athlétisme. La présidente de la Fédération malienne d’athlétisme, Mme Sangaré Aminata Kéita, est une dame qui fournit beaucoup d’efforts pour la promotion et le développement de la discipline au Mali. Je souhaiterai également qu’elle s’entende avec les autres acteurs de la discipline afin d’avoir plus de résultats positifs pour la discipline.

Si vous aviez un message à lancer au monde de l’athlétisme de la région de Mopti. Lequel serait-il ?

Mon message, c’est un appel à l’endroit des autorités régionales de Mopti pour qu’elles puissent nous appuyer afin d’avoir des résultats pour la région. J’appelle également les responsables de l’Académie et du Centre d’animation pédagogique de Mopti pour qu’ils puissent motiver les scolaires afin qu’il y ait plus de participation de ces jeunes dans les compétitions d’athlétisme. Aux athlètes, je les invite à poursuivre les entraînements parce que seul le travail paye.

Réalisé par Mahamadou TRAORE

Source : Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Quel impact de la Coupe arabe sur l’équipe d’Algérie ? Bouguerra répond

Le Cameroun renforce la sécurité pour la CAN

Marathon : La belle initiative de la commission des athlètes du Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct