Neymar, le maillon faible ?

Bravo l’OM ! Quelle détermination ! Quel état d’esprit ! Quelle solidarité ! Autant de qualités qui ont fui le Paris Saint-Germain. Attention danger ! Onze individualités n’ont jamais fait une équipe !

FOOTBALL : Paris Saint Germain vs Olympique Lyonnais - Ligue 1 - Paris - 17/09/2017

Qui l’eut cru ? Je vais dire du mal de Neymar. Et sans doute beaucoup de mal tant son jeu m’agace sur le terrain et son comportement m’irrite en dehors. Je ne suis pas loin de le tenir pour responsable du délitement collectif du Paris Saint-Germain. Neymar a des foucades d’enfant gâté. Vendredi, il manifeste sa colère quand Emery lui ordonne de stopper entrainement. Ce dimanche, il assène un coup de boule à Ocampos qui provoque son exclusion. Ces deux mouvements d’humeur montrent que le monde merveilleux de Neymar ne souffre d’aucune contrainte, ni frustration. Elles sont vécues comme autant d’agressions. L’ego est touché. La susceptibilité est atteinte. La réaction est inappropriée. Elle révèle un caractère : Neymar ne tient pas ses nerfs. Il est en danger s’il ne modifie pas son état d’esprit. Qu’il s’inspire d’Edinson Cavani, un pro, un vrai qui a mis le football au centre de sa vie professionnelle, qui ne court pas les boites de nuit, qui ne vit pas avec une colonie de vacances autour de lui, qui fait les efforts soir et matin et récupère quand le soleil se couche et va sous la couette quand sonne 23 heures.

Je me retrouve avec Neymar dans la peau d’une jeune femme qui croit avoir rencontré le prince charmant et découvre deux mois plus tard des squelettes dans le placard.

Certes, Neymar a marqué. Certes, il a influencé le jeu. Mais à quel prix ? Il phagocyte le système. Il déséquilibre l’équipe. Il ne défend jamais. Ses coéquipiers se sentent obliger de lui refiler le ballon. Neymar est un surdoué, un footballeur d’exception, un talent unique, un futur Ballon d’Or. Il est tout ce que vous voulez. Mais qu’il n’oublie pas qu’on gagne ensemble, jamais tout seul, que le foot se joue à onze et que son génie (puisque génie il y a) doit servir le PSG. Et non le contraire.

Pourquoi s’acharner sur Neymar me direz-vous quand Kylian MBappé a manqué tout ce qu’il a voulu ? Parce que MBappé n’a pas 19 ans et que Neymar aura 26 ans en février prochain. L’enfant de Bondy est passé en quelques semaines du jeune homme bien sous tous rapports à un ado rattrapé par la grosse tête. Il y a une forme d’arrogance, de suffisance chez lui. Je ne dirai pas qu’il est sous mauvaise influence, que le comportement de Neymar a contaminé son cerveau. Je ne le dirai pas mais je n’en pense pas moins. Cette façon qu’ont les deux attaquants du PSG de s’envoyer des fleurs et de considérer qu’ils vivent en dehors des lois du vestiaire dévoile là-encore une façon de voir ( et de vivre ?) qui m’inquiète un poil pour l’avenir. Bref, je peux me tromper, mais ce PSG va au-devant de grandes désillusions ces prochains mois. A moins qu’Emery reprenne le pouvoir, que Neymar rentre chez lui avant minuit, que Nasser Al-Khelaïfi tape du poing sur la table, que Mbappé remette son cerveau à l’endroit. Bref, que ça change. Et vite !

Pascal Praud

Vous allez aimer lire ces articles

Mossa Ag Attaher lors de sa visite d’hier au stade du 26 mars : “Aujourd’hui, c’est un stade brillant que nous sommes en train de voir et l’espoir est permis pour la suite”

Stade du 26 mars : « Des évolutions appréciables », affirme le ministre

Que sont ils devenus… Maciré Diop : Goal et autorité morale de sa défense

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct