DESTRUCTION ET DESARTICULATION DE L’ETAT DU MALI : Ce qui s’explique le rejet de la présence française !

Quand le peuple malien s’est levé comme un seul homme pour exprimer son rejet de la présence française dont la politique sécuritaire a détruit et désarticulé l’Etat du Mali, la France ne peut pas tirer les conséquences pour s’en aller en préservant sa dignité ?

Au sortir d’un sommet de l’OTAN, en Angleterre, Emmanuel Macron s’exprime avec fureur : « Ont-ils besoin de nous ? Souhaitent-ils notre présence ? » Voilà les questions qu’il s’est posée en convoquant ses collègues du G5 Sahel pour un sommet à Pau. Il insistait pour que les chefs d’Etat du G5 Sahel lui renouvellent leurs allégeances qu’il va obtenir sans peine. Quel est le sort de cette force africaine qui était destinée à prendre la relève de Barkhane ? Il a détourné les fonds débloqués par les pays du Golfe et des pays membres.

Actuellement, ce sont les populations locales qui s’en prennent à Barkhane en bloquant ses déplacements douteux dont le but est désormais connu. Le gouvernement malien veut soumettre le déplacement de ses aéronefs à autorisation préalable afin d’avoir la maîtrise de son espace aérien comme tout État souverain qui se respecte. Elle refuse de se soumettre en invoquant un accord caduc et joue la montre.

L’échec de la France

Que cherche la France au Mali, en orchestrant toutes les sanctions de la Cedeao, de l’UE mais a échoué au Conseil de sécurité ? Il a échoué à empêcher le colonel Assimi Goïta de briser son embargo illégal et virtuel pour empêcher l’équipement de l’armée de l’air auprès de la Russie.

Le Mali ne permettra plus à aucune puissance de nous ramener en 1884 pour dépecer notre continent entre les puissances coloniales sous prétexte que notre pays regorge d’immenses richesses pétrolières, gazeuses et de minéraux stratégiques dont l’Europe veut s’approprier en provoquant une insécurité terroriste et une guerre tribale dans le seul but de négocier avec un État faible en déliquescence pour une bouchée de pain. Ces mauvais géopoliticiens amateurs se trompent d’époque, de pays et de génération.

La fausse indépendance de 1960 avec les fameux accords « franco-africain » qui accordait l’auto administration aux élites formées par France dont elle va déléguer les pouvoirs de ses administrateurs coloniaux, tout en maintenant tout le reste du système colonial intact pendant 62 ans. L’ère des coups d’Etat Gauliens et la  » démocratie élective » Mitterrandienne du discours de la Baule ont tous pour fonction de placer à la tête de nos États des serviteurs zélés de la France. C’est pour cette raison qu’Emmanuel Macron presse les autorités de la transition d’organiser rapidement les élections pour lui permettre de placer son homme lige même si les conditions des élections (la sécurité) ne sont pas réunies. Emmanuel Macron n’en a cure.

Le Mali va inaugurer des élections protégées des ingérences françaises, assez propres et crédibles en protégeant les votes du peuple que des observateurs de l’UE ne viendront pas perturber.

Abdoulaye Bah

Source: Le Démocrate

Vous allez aimer lire ces articles

Visite du Commandant du Théâtre-Est de l’Opération Maliko à Tessit

Pour minimiser les risques de dommages collatéraux : L’Etat-major général des Armées invite les populations à se démarquer des terroristes

Minusma : Hommage posthume à deux soldats Sénégalais décédés au Mali

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct